Lorsque nous prenons des décisions, les biais cognitifs nous font dévier de la rationalité.

Le cerveau
Le cerveau © Getty / Yuichiro Chino

Face à un choix, les biais cognitifs nous font dévier de la décision que nous devrions prendre si nous étions complètement rationnels. Par exemple, nous avons tendance à sous-estimer les probabilités élevées, à sous-estimer l’influence du hasard, ou encore à accorder plus de poids aux informations confirment nos croyances...

A l'ère du numérique, une conséquence de ces limitations cognitives est que des algorithmes sont capables de produire de meilleures décisions que le jugement humain. Les algorithmes sont ainsi utilisés dans divers domaines, de la justice prédictive au recrutement des joueurs d'une équipe de baseball.

Les invités
  • Vincent BerthetMaître de conférences à l’Université de Lorraine et chercheur associé au Centre d’Economie de la Sorbonne
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.