Grâce aux nouvelles techniques de la médecine légale et de l'anthropologie, il est désormais possible d'identifier les maladies et les causes de mort de personnages décédés il y a plusieurs siècles ou millénaires. L'étude des restes de Saint Louis, Descartes, Hitler, éclaire la mort de ces "patients" célèbres

Philippe Charlier enquête sur les causes de décès sur les restes de Agnès Sorel, la défunte maîtresse du roi de France Charles VII à Lille, en France, en mars 2005.
Philippe Charlier enquête sur les causes de décès sur les restes de Agnès Sorel, la défunte maîtresse du roi de France Charles VII à Lille, en France, en mars 2005. © Getty / Franck Crusiaux

La "paléopathologie" est une science nouvelle, elle est à la frontière de la médecine légale et de l'anthropologie, c'est la "médecine appliquée aux cadavres anciens". 

Philippe Charlier, médecin légiste, archéo-anthropologue et « paléopathologiste », maître de conférence des Universités , à l’UFR des Sciences de la santé, directeur du Département de la recherche et de l’Enseignement au Musée du Quai Branly, est l'auteur avec David Alliot de « Autopsie des morts célèbres » aux éditions Tallandier. 

Dans ce livre, il a mis au jour de nouveaux cas médico-historiques, des patients venus du passé

L'incroyable morcellement du corps de Saint -Louis, le cas d’Anne d’Autriche qui montre qu’on meurt du cancer depuis longtemps, l’étude du cerveau de Descartes, une épidémie de mort subite à Versailles sous Louis XIV... Il a pu montrer que les nobles avaient une hygiène de vie déplorable, l'étude du crâne et de la mâchoire de Hitler a pu dissiper les complots autour de sa mort. 

Et la semaine dernière, au musée du Quai Branly, des patients d'un autre âge ont été passés au scanner par les équipes de Philippe Charlier : 150 statuettes provenant d'Afrique, d'Océanie et des Amériques sont des objets aussi anciens que mystérieux. Livreront-elles, comme l'espèrent les chercheurs, tous leurs secrets ? C'est la première fois qu'un tel dispositif médical est déplacé dans un musée.

Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.