Comment soigner des animaux sauvages ? Du diagnostic au traitement en passant par l'anesthésie : toute la prise en charge et la gestion du stress de ces animaux sont bien spéciales. La Tête au Carré de ce lundi vous raconte comment nourrir une tortue anorexique, anesthésier un requin ou encore opérer un singe hurleur de la cataracte.

99% des animaux que l'on retrouve dans les zoos aujourd'hui y sont nés. Le rôle de conservation a changé du tout au tout ces dernières années, puisque les espèces sont essentiellement échangées entre zoos dans le but d'être réintroduites. Le traitement des animaux malades se fait aussi d'avantage en captivité, puisqu'il n'y a presque plus d'animaux à l'état sauvage. Voilà des chamboulements qui remodèlent le métier de vétérinaire.

Certains soigneurs d'animaux ont choisi la pluridisciplinarité et le voyage, tandis que d'autres veillent sur les habitants des parcs zoologiques. Les problématiques auxquelles ces différentes facettes du métier de vétérinaire se heurtent sont bien différentes mais convergent vers un même but.

Comment acclimater ces espèces nomades, transférées dans un nouveau zoo ? Quel est le déroulement du diagnostic au soin de l'animal sauvage ? Comment assurer le bien-être de ces animaux ?

Pour répondre à ces questions, Norin Chai , responsable vétérinaire de toutes les animaleries transgéniques des modèles aqua­tiques du CNRS, nous fera le récit de ses expériences à travers le monde. Et pour nous expliquer comment fonctionnent les soins en captivité, Alexis Lécu , vétérinaire et directeur scientifique du parc zoologique de Paris, sera à ses côtés.

A la Une de la Science, les maladies rares.

A l’occasion de la 9e journée internationale des maladies rares. On en dénombre entre 6000 et 8000, et elles toucheraient pas moins de 3 millions de Français : les maladies rares sont encore trop mal prises en charge, et surtout diagnostiquées ! C’est ce que révèle une enquête sur les malades, initiée par le collectif associatif Alliance maladies rares. Une enquête inédite car elle a été réalisée auprès d’un panel de malades représentatif de la variété des maladies rares. L’errance diagnostique reste un problème majeur, alors que le 2e plan national pour les maladies rares arrive à son terme fin 2016.

Pour en parler, Daniel Fiévet et Catherine de Coppet reçoivent Nathalie Triclin , vice-présidente d'Alliance Maladies Rares, etle Dr Célia Crétolle , chirurgien pédiatre à l'Hôpital Universitaire Necker-Enfants Malades à Paris, animatrice de la filière de santé « Neurosphynx ».

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.