Cela fait quelques années que les scientifiques s’intéressent au cerveau méditatif. Aujourd'hui la méditation entre dans le champ de la médecine. Où en sont les études ? Quels sont les effets cliniques de cette pratique et comment les expliquer ?

Méditation en position du lotus
Méditation en position du lotus © Getty / Hero images

Méditer, c'est à la mode. Une façon de se reconnecter avec soi-même, de prendre le temps de respirer et de goûter l'instant. Mais utiliser la méditation pour soigner une dépression, pour prendre en charge une douleur chronique, pour éviter Alzheimer et le déclin cognitif n’est-ce pas un peu exagéré ? Pourtant des études scientifiques de grande ampleur semblent indiquer qu'une bonne discipline de méditation ralentit le vieillissement cérébral. 

Une grande étude européenne sur l'effet de la méditation en prévention du vieillissement cérébral et de la maladie d'Alzheimer pilotée par l'INSERM de Caen est notamment en cours. 

Et un diplôme intitulé Médecine, neurosciences et méditation, créé à Strasbourg, attire des médecins et scientifiques du monde entier. Quels sont les mécanismes d'action qui rendent la pratique méditative aussi efficace, et pour toutes sortes de troubles ? Le point sur les avancées de la méditation thérapeutique, au prisme de la recherche scientifique. En partenariat avec Cerveau et Psycho. 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.