En 1984, Diego Maradona est au sommet de sa carrière. Un dieu qu'il soit sur le terrain ou en dehors, il rejoint Naples pour une somme astronomique. Sa chute n'en est que plus dramatique. Bernard Génies et Jean-Christophe Buisson rendent leurs verdicts sur ce documentaire nominé au festival de Cannes.

Diego Maradona
Diego Maradona © M2R Films

En 2017, Diego Maradona est fait citoyen d'honneur de Naples. Les murs de Naples arborent son portrait que ce soit dans le quartier de Teduccio ou dans un café de la via San Biaffio Dei Librai.

À Naples, on parle de lui comme d'un "dieu" intouchable. Pourtant, il a bien connu le déclin. C'est tout le propos du documentaire d'Asif Kapadia qui sort dans les salles ce mercredi.

L'Âge d'or

Pour moi le ballon c'était le plus beau des jouets.

Diego Maradona a connu la misère. Il est issu d'une famille modeste et a grandi dans un bidonville surpeuplé.  Il est repéré par un recruteur et devient "El Pibe de Oro" ("Le gamin en or").

L'ascension est fulgurante. Il est transféré au FC Barcelone et devient l'un des meilleurs joueurs du monde. On lui attribue notamment l'essentiel du mérite pour la victoire de l'Argentine à la Coupe du monde de 1986.

Il est ensuite transféré à Naples, le 5 juillet 1984 pour le montant record de 12 millions de dollars. Dans cette ville du sud de l'Italie il est accueilli comme le messie. Aujourd'hui encore, beaucoup le considèrent comme le sauveur d'une ville méprisée et trop pauvre.

La chute

Les années sombres du joueur sont attribuées à plusieurs motifs. Son addiction à la cocaïne notamment, et ses contrôles positifs qui lui valent une suspension d'un an. Il est condamné à 14 mois de prison avec sursis.  

L'autre drame, ce sont ses fréquentations avec la mafia qui le tirent vers le fond. 

Il ne faisait pas le poids contre la Camorra.

Les coups de cœurs de nos critiques : 

Jean-Christophe Buisson du Figaro est allé voir la pièce "Louis XIV" à l'affiche du théâtre des Béliers.

Bernard Génies de l'Obs propose d'aller écouter l'artiste Mercedes Peon au festival Interceltique de Lorient.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.