Dans un monde où les Beatles sont oubliés de tous, un imposteur va s’approprier tous leurs titres. Ce film de Danny Boyle, François Aubel et Gégoire Leménager sont allés le voir.

Faut-il aller voir "Yesterday", le nouveau film de Danny Boyle ?
Faut-il aller voir "Yesterday", le nouveau film de Danny Boyle ? © AFP / THEO WARGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Oh, I believe in yesterday.

Et si les Beatles n’avaient jamais chanté ? Lorsque Jack Malik interprète un célèbre titre des Beatles, tout le monde pense qu’il en est l’auteur. Le groupe mythique est effacé de toutes les mémoires à l’exception de la sienne.

Ce musicien qui peine à se faire connaître se retrouve propulsé au rang de star internationale. Un héros aux yeux de sa famille, une légende aux yeux de ses fans, et une mine d’or aux yeux des producteurs. Il ne fait que plagier les chansons de ses idoles disparues. 

Pourtant, sur la route de la gloire, la culpabilité finit inéluctablement par le rattraper. Combien de temps son imposture durera ?

Accusé de plagiat

Depuis les premiers visionnages, des accusations de plagiat sont lancées à l’encontre du film, pour avoir la même intrigue qu’une bande-dessinée de David Blot publiée en 2011 aux éditions Manolosanctis. Cette affaire fait ironiquement écho au sujet même du film qui traite de l’usurpation et de l’imposture.

Les coups de cœur de nos critiques :

  • François Aubel du Figaro, a lu La Californie de Bruno Masi. Marcus Miope, 13 ans, est un vieillard dans le corps d’un enfant. Trois mois dans la vie de cet adolescent, voilà ce que propose La Californie
  • Grégoire Leménager de l’Obs, a lu Terminus Berlin d’Edgar Hilsenrath. Retour désenchanté en Allemagne pour un protagoniste qui a quitté son pays natal il y a plus de 30 ans. Il est temps de faire un bilan.
Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.