Le Centre Pompidou organise une rétrospective de la carrière de la photographe et peintre Dora Maar. Une exposition que Grégoire Leménager et François Aubel ont découvert cette semaine.

Dessin de Dora Maar
Dessin de Dora Maar © Maxppp / PINO/EFE/Newscom

Artiste surréaliste, Dora Maar débute sa carrière comme photographe. Elle expose ses premières œuvres, ouvre son studio de photographie et répond à des commandes à seulement 24 ans. Elle se forme à partir de 1920 au Comité des dames de l'Union des arts décoratifs. Elle photographie en studio pour la publicité et la mode. Mais lorsqu'elle sort dans la rue, son travail devient presque documentaire. Elle arpente les capitales européennes comme Paris, Londres ou Barcelone pour photographier la jeunesse, la pauvreté et les laissés-pour-compte.

En 1936, son art se meut de la photographie à la peinture au moment de sa rencontre avec Pablo Picasso. Egalement muse et maîtresse du peintre espagnol, leur liaison dure presque huit ans. Dora Maar, peintre cette fois-ci, développe son propre style pendant la période d'occupation puis trouve sa voie dans les natures mortes.

A la fin de sa vie et de sa carrière, elle fait coïncider dans ses œuvres la peinture et la photographie.

L'exposition Dora Maar est une rétrospective de plus de 400 œuvres et documents. Elle est à découvrir au Centre Pompidou, à Paris, jusqu'au 29 juillet 2019.

Les coups de cœur de nos critiques :

  • François Aubel du Figaro a lu Voyage botanique et sentimental du côté de chez Proust de Michel Damblant. Une manière de découvrir les œuvres de Marcel Proust par le biais des plantes au cœur de ses textes. 
  • Grégoire Leménager de l’Obs conseille d'écouter "We get by", le dernier album de Mavis Staples produit par Ben Harper.

Les invités

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.