Si on a du mal à sortir de son lit le matin ou si au contraire, on peine à rester éveillé après l’heure de l’apéritif, on peut (en partie seulement !) blâmer ses gènes

Le réveil
Le réveil © Getty / Carol Yepes

Le cas de couches-tôt et autres lèves-tard : une étude parue dans la revue Nature communications affine les connaissances qu’ont les scientifiques sur le lien entre génome et horloge biologique, et même d’autres caractéristiques liées à la santé. Avec  Claude Gronfier  neurobiologiste, chercheur à l’Inserm sur les rythmes biologiques et le sommeil et au Centre de recherche en neurosciences de Lyon.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.