Avec le réchauffement climatique, la quantité d'eau nécessaire à maintenir l'activité des stations de ski va augmenter de manière considérable d'ici 2050. Jusqu’à quand les sports d'hiver resteront-ils soutenables ?

Canon à neige
Canon à neige © Maxppp / Franck Fernandes

Question que nous posons aujourd’hui à Samuel Morin, chercheur Météo France et directeur du centre d'étude de la neige à Grenoble. 

Boire ou skier, il faudra peut-être choisir. La question de l’utilisation de l’eau pour faire de la neige artificielle est à la une de la science.

La plupart des domaines skiables des Alpes et des Pyrénées utilisent la neige de culture. On estime que la proportion de domaines équipés (de canon à eau) est de 15% voire 20% et on pense atteindre 30 à 40% dans les années à venir.

Les premiers enneigeurs ont été déployés à la fin des années 80, début des années 90. C’était à l’époque la solution pour pallier le déficit d’enneigement. Petit à petit, c’est devenu un équipement de base des stations de base

Quel impact sur l’environnement ?

Du point de vue de l’impact direct, local sur l’environnement, les canons à neige c’est de l’eau et de l’air qui sont pulvérisés. Donc ça n’a pas un impact direct. Ça peut modifier les températures thermiques des sols. L’impact est surtout à plus grande échelle : sur les moyens énergétiques nécessaires pour produire la neige de culture.

Et on ne connaît pas encore l’impact sur les écosystèmes du décalage entre le moment où l’eau est prélevée, et le moment où – transformée en neige – elle fond en fin de saison.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.