Des chercheurs de l'université de Manchester mettent au point une membrane à base d'oxyde de graphène pour filtrer l'eau de mer.

Feuille de graphène
Feuille de graphène © Getty / Vincenzo Lombardo

Transformer l’eau de mer en eau potable, c’est un défi important face à la diminution des ressources en eau douce sur la planète.

A cet égard, le graphène, ce feuillet de carbone de la taille d’un atome et ultra-résistant, pourrait être bien utile.

Les brevets impliquant ce matériau se sont multipliés depuis qu’en octobre 2010, le prix Nobel de physique a été remis à Andre Geim et Konstantin Novoselov pour leurs travaux sur le graphène.

Cette fois, c'est un tamis à base d’oxyde de graphène pour filtrer l’eau de mer et la transformer en eau potable qui vient d'être mis au point par une équipe de chercheurs de l’Université de Manchester. Leur découverte est publiée dans Nature Nanotechnology.

Philippe Poulin, directeur de recherche au CNRS, du Centre de recherche Paul Pascal (CRPP) à Bordeaux, la commente.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.