On savait que les colonies de pollinisateurs, abeilles ou bourdons, exposées aux néonicotinoïdes voyaient leurs populations décliner mais sans vraiment pouvoir l'expliquer. Pour la première fois, une équipe américaine s’est intéressée aux effets de ces produits à l'intérieur de ruches de bourdons.

Abeille en vol
Abeille en vol © Getty / Kimberly Hosey

Pour la première fois, une équipe américaine s’est intéressée aux nombreux effets des néonicotinoïdes à l'intérieur des ruches de bourdons :  dérégulation de la température, mortalité des larves et désorganisation… entre autres. On en discute avec Aurore Avarguès-Weber chercheuse au CNRS. Elle s’intéresse aux abeilles au Centre de recherche sur la cognition animale de Toulouse.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.