Pendant 200 ans au Québec, des femmes qui avaient une fécondité moins élevée et leurs descendants ont été favorisées dans une société québécoise au début de la Révolution industrielle

Bateaux dans le port de Montréal
Bateaux dans le port de Montréal © Getty / DEA / BIBLIOTECA AMBROSIANA / Contributeur

Quand la génétique et la généalogie croisent la route de l’économie. Ces disciplines paraissent éloignées de prime abord mais  se retrouvent dans un travail publié la semaine dernière par deux chercheurs québécois. Ils ont étudié les registres de mariages et de naissances de plus d’un million de personnes entre 1608 et 1800 au Québec et pensent avoir trouvé un effet direct de la sélection naturelle sur la révolution démographique et économique qui a eu lieu à cette époque. Pour comprendre l’originalité de ces travaux  Evelyne Heyer,  professeur en Anthropologie Génétique au Muséum National d'Histoire Naturelle.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.