On revient sur l’annonce par le site Reporterre de l’étude d’une nouvelle piscine sur le site de Belleville-sur-Loire : la stratégie du retraitement des combustibles usés est-elle en panne ?

Fûts de béton dans lesquels sont stockés des déchets peu radioactifs
Fûts de béton dans lesquels sont stockés des déchets peu radioactifs © AFP / JEAN-PIERRE MULLER

C’est sur le site de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, dans le Cher, qu’EDF envisagerait de construire une piscine géante de refroidissement de combustibles usés. L’information a été révélée le 13 février par le site Reporterre.

L’électricien précise qu’il ne confirme « ni n’infirme" l’information. 

Mais pour Yves Marignac, directeur de Wise-Paris, structure d'information, d'expertise et de conseil sur l'énergie et le nucléaire, « c’est un secret de polichinelle que le site sur lequel travaille EDF est bien celui de Belleville-sur-Loire ». « Il est probable que ce projet génère une opposition locale importante, poursuit-il. On peut penser qu’EDF cherche à gagner du temps et à travailler en coulisse à l’acceptation des acteurs locaux avant de révéler ce site ». 

Cette piscine devrait accueillir du Mox usé, un combustible issu de l’assemblage d’uranium et de plutonium, hautement radioactif. « Il faudrait maintenir un confinement absolu au-dessus de cette piscine, ce qui n’existe pas aujourd’hui, et cette « bunkérisation » est un énorme enjeu » ajoute Yves Marignac.

Ce choix exprime enfin, selon lui, un changement de vision. Longtemps, le combustible Mox usé a eu pour vocation d’être réutilisé, pour éventuellement, servir de « carburant » à des réacteurs à neutrons rapides. Cette recherche de solution d’entreposage, voire de stockage, « signe implicitement le fait qu’on renonce à cette politique du « tout retraitement » du combustible usé, et c’est un pas énorme dans la stratégie nucléaire nationale », conclut l’expert indépendant. 

Avec Hervé Kempf, rédacteur en chef de Reporterre.net, partenaire, chaque lundi, de La Une de la science.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.