La genèse d’Andromède élucidée : elle est née de la collision de deux galaxies il y a moins de trois milliards d’années

Des étoiles qui ne tournaient pas rond, en tout cas, pas de façon aussi régulière que celles qui sont en rotation autour de notre galaxie, la Voie lactée… Voilà qui a conduit des astrophysiciens à se pencher sur la galaxie d’Andromède. 

Au préalable, il y avait « ce travail formidable » de chercheurs américains qui ont « observé une dizaine de milliers d’étoiles, une par une, sur une surface grande comme quatre fois la lune, et qui se sont rendus compte qu’elles avaient des mouvements complètement brusques, chaotiques », résume François Hammer, astrophysicien à l’Observatoire de Paris. 

Ce phénomène de « rotation extrêmement dispersée », l’ amène, lui et son équipe composée de chercheurs français et chinois, à s’intéresser à la genèse d’Andromède.

Ils en déduisent, après deux ans de travaux, que notre plus proche galaxie est née de la collision de deux galaxies, et que cela s’est produit il y a entre 1.8 et 3 milliards d’années. Soit une période assez récente à l’échelle de la formation de l’univers – notre planète a 4.5 milliards d’années. 

Ces résultats sont publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Les chercheurs ont reconstruit toute la structure d’Andromède, à partir du centre vers les bords. « On a reconstitué le bulbe - la région centrale -, une barre, qui est une structure très difficile à reproduire, un anneau, et au fur et à mesure, les structures au bord du disque commençaient à apparaître », explique François Hammer. 

« On voit désormais des traces des deux galaxies pro-génitrices, quand on observe le halo de la galaxie, soit son environnement, ajoute l’astrophysicien. Andromède se compose d’un disque mince, ceinturé d’un disque plus épais. Les étoiles plus jeunes, dans le disque mince, apparaissent beaucoup plus stables. 

« On observe que ce sont seulement les étoiles les plus vieilles qui ont un mouvement plus chaotique, donc celles qui ont subi une collision. Les plus jeunes étaient encore à l’époque sous forme de gaz, elles n’étaient pas encore formées », décrypte François Hammer.

Son équipe a élaboré des modélisations très précises de la formation de la galaxie d’Andromède.

La collision de deux galaxies reste un phénomène rare. Mais pas improbable. Andromède et la Voie lactée devraient d’ailleurs se rencontrer ! Quand ? « Entre 2.5 et 12.5 milliards d’années », avance l’astrophysicien, qui attend les relevés du télescope Gaïa, en avril, pour affiner sa prévision. Mais il est formel : « Ça doit avoir lieu ».

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.