Des scientifiques de l'Université de Leeds s'intéressent à la contribution des champignons à une atmosphère plus respirable, il y a 450 millions d'années.

Il a fallu que notre atmosphère devienne suffisamment riche en oxygène pour que des espèces animales et végétales se développent sur Terre. C’était il y a environ 450 millions d’années… et les champignons ont joué un rôle majeur à cette époque ! Des scientifiques britanniques de l’Université de Leeds ont cherché à quantifier l’apport des champignons, dans le processus de la photosynthèse.

Leur article est publié dans la revue Phylosophical Transactions de la Royal Society. 

Elle est commentée par Marc-André Selosse, biologiste spécialisé en Mycologie et professeur au Muséum national d’histoire naturelle.

Il revient sur la symbiose entre les plantes et les champignons, qui a bouleversé les écosystèmes. La teneur en CO2 dans l’atmosphère a baissé, tandis la quantité d’oxygène a augmenté, et les températures ont diminué.

« Quand cette symbiose se met en place, tout bascule, dit-il. Il n’y a pas que le climat et l’atmosphère qui ont changé. Il y a eu suffisamment d’oxygène pour que se développent de plus gros animaux, dont la respiration est plus exigeante, de plus grosses plantes. (…) On a vu les premiers animaux sortir de l’eau, vu qu’il y avait assez d’oxygène pour se dresser se déplacer sur terre. »

Marc-André Selosse, est l’auteur de 

"Jamais seul - Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations », publié chez Actes Sud.

Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.