Peu après l'épidémie de fièvre Ebola qui a fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016, les résultats du vaccin rVSV, publiés dans The Lancet, rassurent.

Un vaccin contre le virus Ebola ?
Un vaccin contre le virus Ebola ? © Getty / Media for Medical

Ebola est le nom d’une rivière dans l’ex-Zaïre, où la fièvre Ebola a été identifiée la première fois. C’était en 1976. 40 ans plus tard, des chercheurs annoncent dans la revue The Lancet qu’un vaccin expérimenté en Guinée en avril 2015 se révèle très efficace.

Entre-temps, cette fièvre hémorragique très contagieuse a provoqué la mort de plus de 11 000 personnes en Guinée, en Sierra-Léone et au Liberia entre 2013 et 2016.

A l’issu d’un essai clinique effectué dès avril 2015 en Guinée sur un échantillon de 11.841 personnes, l’Organisation mondiale de la santé évoque un vaccin « jusqu'à 100% efficace ».

Pour en discuter, Daniel Fievet et Agnès Faivre sont rejoints par Jean-François Delfraissy, directeur de l'Institut de microbiologie et des maladies infectieuses et coordinateur interministériel de la lutte contre Ebola.

« Ce vaccin va permettre, en cas de reprise d'épidémie d'avoir un outil de prévention à la fois pour les populations soignantes qui sont les plus exposées au virus, et également pour les populations en général : on pourra casser la boucle de transmission en vaccinant les contacts”, explique-t-il.

Un outil d’autant plus nécessaire que l’intensité de l’épidémie survenue en mars 2013 en Guinée n’est toujours pas expliquée.

« Des recherches sont aussi menées pour élaborer des médicaments pour traiter Ebola. La France avec l’Inserm a pu mettre en évidence une molécule du nom de favipiravir, donc on a presqu’un médicament. On a mieux compris où étaient les réservoirs et comment le virus persistait, y compris chez les survivants d’Ebola. » ajoute Jean-François Delfraissy.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.