Des enquêtes de biologistes et d'historiens attestent que le stewart québecois Gaétan Dugas n'est pas celui qui a introduit le virus du Sida aux Etats-Unis

Une enquête scientifique nous aide à remonter la trace de la propagation du virus du Sida en Amérique du Nord.

Dans un article publié dans Nature ce mercredi 26 octobre, une équipe de chercheurs de l’Université d’Arizona, emmenée par Michael Worobey, renforce tout d’abord la piste du tremplin caribéen dans le cheminement du virus. De l'Afrique, où il a surgi, à l'Amérique du Nord, il a donc transité notamment par Haïti où il s'est développé dans les années 60.

Grâce aux progrès des techniques de biologie moléculaire, les chercheurs remontent la trace de patients affectés précocement, et approfondissent la généalogie de chaque groupe de virus. Ils ont pu analyser le génome du virus présent dans le sang de Gaétan Dugas, le fameux "patient zéro", et comprendre qu'il n'était pas celui qui a introduit le virus aux Etats-Unis.

Le Dr Richard McKay du département d’histoire et de philosophie des sciences de l’université de Cambridge, démontre quant à lui que l’appellation de « patient zéro » est apparue par inadvertance. Il explique notamment comment des épidémiologistes du Centre de contrôle des maladies de Californie nommaient par des codes des patients gays séropositifs, dans le cadre d'un rapport rédigé entre 1982 et 1984. N’étant pas californien, Gaétan Dugas, un stewart canadien installé à New-York, s’est vu baptiser « cas O57 ». Le O est devenu 0. Puis, « patient 0 ». Ce malheureux raccourci a fait de Gaétan Dugas, décédé en 1984, le patient 0, celui qui a contaminé les Etats-Unis. « L'un des patients les plus diabolisés dans l'histoire », écrit l’historien.

Programmation musicale

  • CHRISTOPHE & ALAN VEGA

    Tangerine (Feat Alan Vega) (Radio edit)

    2016

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.