Cap sur l'Amazonie où des scientifiques ont mis au point une cartographie du stockage du carbone après une exploitation forestière.

Cap sur l'Amazonie où le CIRAD a mis au point une cartographie du stockage du carbone après une exploitation forestière.
Cap sur l'Amazonie où le CIRAD a mis au point une cartographie du stockage du carbone après une exploitation forestière. © Getty / LeoFFreitas

Un collectif de 25 chercheurs piloté par le Centre de recherche agronomique pour le développement (Cirad) s’est intéressé aux capacités de récupération du CO2 des arbres après une exploitation forestière en Amazonie. Il ressort de leur étude, parue dans Elife, que le potentiel de récupération du carbone est plus ou moins élevé selon les zones géographiques et que les arbres épargnés par l'abattage fixent beaucoup mieux le carbone atmosphérique que les jeunes arbres qui se régénèrent naturellement.

Les chercheurs ont ainsi pu mettre au point une cartographie prédictive, qui permet de mieux estimer le coût et le risque pour la biodiversité de l'exploitation forestière, et d'optimiser la récupération de carbone par la forêt.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.