Une centaine de scientifiques montent au créneau dans Le Monde : ils alertent sur le "déni de science" et réclament des mesures contre les dangers des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d’altérer la reproduction humaine et de créer des troubles neurologiques.
Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d’altérer la reproduction humaine et de créer des troubles neurologiques. © Getty / Creatif RF

« Halte à la manipulation de la science ». Ainsi s'intitule une tribune parue dans le journal Le Monde ce 29 novembre et co-signée par une centaine de scientifiques.

Ils appellent à prendre des mesures urgentes pour prévenir des dangers des perturbateurs endocriniens pour l'homme et l'environnement, et dénoncent aussi les manœuvres visant à "déformer" les preuves scientifiques.

Après les climato-sceptiques qui contestaient les preuves scientifiques de l’origine humaine dans le réchauffement climatique, ces produits chimiques sont aujourd’hui la cible des « marchands de doute », écrivent-il dans Le Monde.

Pour eux :

Jamais l’humanité n’a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal : cancers du sein, du testicule, de l’ovaire ou de la prostate, troubles du développement du cerveau, diabète, obésité, non-descente des testicules à la naissance, malformations du pénis et détérioration de la qualité spermatique.

Agnès Faivre reçoit pour en parler :

  • Stéphane Horel, journaliste et documentariste, auteur notamment de Les Médicamenteurs (2010), Intoxication (La Découverte, 2015), et des documentaires Les Alimenteurs, Endoc(t)rinement et La grande invasion.
  • Robert Barouki, biochimiste et toxicologue à l’INSERM.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.