Nous sommes le premier dimanche de janvier, date à laquelle se disputent habituellement les 32es de finale de la Coupe de France, qui opposent souvent des clubs professionnels à des formations amateurs. C’est le moment où les médias nationaux s’intéressent au foot d’en bas, que j’ai choisi de célébrer en musique

Les hymnes du foot d'en bas.
Les hymnes du foot d'en bas. © Getty / Ryan McVay

Je vais vous proposer aujourd’hui mon Top 3 des pires hymnes de clubs de foot des divisions inférieures françaises, sortis durant les eighties. J'ai établi mon classement avec l’aide du site Bide et Musique, spécialisé dans les titres inécoutables, que je salue chaleureusement. 

Vous êtes sûr de ce que vous faites ?

Oui. En troisième position, j’ai placé le fameux Allez Camaret !, publié en 1984, qui vantait les mérites d’un club amateur du Vaucluse, l’Avenir Sportif Camaretois. Un club où visiblement on savait vivre, puisque cette chanson insiste sur la qualité des troisièmes mi-temps qui s’y déroulaient.

Il encore temps de changer de sujet de chronique…

Alors sans surprise, en deuxième position, j’ai glissé un grand classique de l’année 1986,  Allez Montceau !, l’indépassable ode au FC Montceau Bourgogne. Il s’agit du club de phare de Montceau les Mines, en Saône et Loire, qui évoluait quand même à l’époque en deuxième division, et qui rêvait ouvertement d’aller encore plus haut. Mais cette accession dans l’élite n’aura jamais lieu, malgré cet hymne qui faisait habillement rimer gloire et victoire.

Au point où on en est, on continue...

Bien sûr, d’autant que je vais vous révéler la pire chanson des années 1980 consacré à un club de foot amateur. Il s’agit, et je suis certain que nos auditeurs s’en doutaient, du mythique Allez Château , titre composé en 1988 en l’honneur du club de Château-Thierry, dans l’Aisne. Je défie quiconque d’être capable d’écouter ce morceau jusqu’au bout : il est proprement intolérable, en raison notamment de sa longueur -plus de 5 minutes quand même - et de ses paroles rébarbatives, dans lesquelles figure le mot mayonnaise, terme plutôt rare dans une chanson de sport. 

On en reste bouche bée. Comment conclure après avoir écouté de ces trois titres disons… déconcertants ?

Et bien je vous propose de terminer sur une citation de Gustave Flaubert : « Qu'est-ce donc que le mauvais goût ? C'est invariablement le goût de l'époque qui nous a précédés » 

Peut-être qu’un jour les tubes des années 2020 deviendront aussi ringards que les titres que l’on vient d’écouter. 

Thèmes associés