Aujourd’hui s’est tenu le match de rugby Irlande-France, ce qui m’a donné envie de vous raconter l’histoire de l’"Ireland's Call", ce chant diffusé avant chaque rencontre du XV du Trèfle, l’équipe d’Irlande de rugby.

Les joueurs de l'Irlande chantent l'hymne national avant la Coupe du Monde de Rugby 2019, match de quart de finale entre la Nouvelle-Zélande et l'Irlande au stade de Tokyo le 19 octobre 2019 à Chofu, Tokyo, Japon.
Les joueurs de l'Irlande chantent l'hymne national avant la Coupe du Monde de Rugby 2019, match de quart de finale entre la Nouvelle-Zélande et l'Irlande au stade de Tokyo le 19 octobre 2019 à Chofu, Tokyo, Japon. © Getty / Clive Rose - World Rugby

Le XV du Trèfle regroupe à la fois des citoyens de la République d’Irlande, mais aussi des Nords-Irlandais, c’est-à-dire des sujets britanniques. Il s’agit d’une situation unique : en football par exemple, depuis l’indépendance de l’Irlande en 1922, il existe une sélection irlandaise et une sélection nord-irlandaise. 

Le monde du rugby a refusé cette partition…

Oui ce sport est toujours resté un facteur d’union même dans les années 1970, au plus fort du conflit qui opposait en Irlande, du Nord, les partisans de la Couronne à ceux qui étaient favorables à un rattachement à l’Irlande. Ce qui est très bien décrit dans L’appel de l’Irlande, un documentaire de l’Equipe Explore passionnant réalisé par Aurélien Delfosse et Yvan Ratiarivelo et consacré à l’Ireland's Call.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Justement, venons-y à ce fameux Ireland's Call

Avant cela, je me permets de préciser que pendant longtemps, quand le XV du Trèfle jouait à Belfast, le match était précédé par le God Save the Queen, l’hymne britannique bien connu, et quand il évoluait à Dublin, la rencontre était introduite avec A Soldier's Song, l’hymne national de la République d’Irlande.

Comment réagissaient par exemple les joueurs nord-irlandais du XV du Trèfle qui étaient forcés de chanter cet hymne irlandais ?

Dans les années 1980, nombre d’entre eux ne le chantaient pas, parce qu’ils ne se reconnaissaient pas dans cet hymne. A cette époque, la Fédération irlandaise a donc commencé à chercher un air plus rassembleur.

Ce fut Ireland's Call

Alors non, il y eut d’abord une première tentative, lors de la Coupe du monde 1987, avec The Rose of Tralee un chant folklorique censé faire l’unanimité au sein du XV du Trèfle . Mais l’expérience a été de courte durée, vous allez vite comprendre pourquoi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ah oui, ce n’est pas forcément un hymne très exaltant disons…

Voilà, c’est pourquoi la Fédération a ensuite sollicité un musicien local, Phil Coulter, pour composer un titre entraînant qui pourrait convenir la fois aux joueurs irlandais et aux joueurs nord-irlandais. C’est ainsi qu’est né en 1995, l’Ireland’s Call, au rythme martial et aux paroles fédératrices. Cet hymne continue d’être joué avant chaque match du XV du Trèfle et on estime qu’il n’a jamais résonné aussi bien et aussi fort, qu’en 2007, avant un match Irlande - Angleterre

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Effectivement, ça donne des frissons…

Oui et il faut expliquer le contexte. Ce jour-là, cet Irlande- Angleterre se disputait à Croke Park un stade de Dublin tristement célèbre pour avoir été le théâtre, en 1920, d’un massacre orchestré par les forces britanniques, lors de la guerre d’indépendance irlandaise. Donc l’hymne que l’on vient d’entendre, repris par 80000 spectateurs, célébrait sur le moment le lien identitaire qui unit les Irlandais et les Nord-Irlandais, tout en commémorant un dramatique événement, de manière pacifique. Comme quoi, sport et musique, quand ils s’unissent, peuvent avoir une dimension sociale et politique très forte.

Thèmes associés