Earvin Ngapeth a 30 ans, il est Français et c’est l’un des 3 meilleurs joueurs de volley au monde. Mardi, Ngaapeth, avec son club, le Zenit Kazan, va disputer la demi-finale aller de la Ligue des champions et cet été il sera l’homme fort des Bleus JO de Tokyo. Par ailleurs, il publie régulièrement des morceaux de rap.

Le joueur international français de volley-ball, Earvin Ngapeth pendant le match de volley-ball hommes de la Ligue des Champions entre le Zenit Kazan et Skra Belchatow (Pologne), à Kazan, Russie.
Le joueur international français de volley-ball, Earvin Ngapeth pendant le match de volley-ball hommes de la Ligue des Champions entre le Zenit Kazan et Skra Belchatow (Pologne), à Kazan, Russie. © AFP / Maksim Bogodvid / Spoutnik

Comme de nombreux sportifs de sa génération, Earvin Ngapeth c'est un dingue de rap. Mais lui ne se contente d’en écouter, comme il l’expliquait dans ce reportage de Stade 2 diffusé 2015.

Depuis plus de six ans, sous le pseudonyme de Klima, puis de Earvin, Ngapeth met en ligne des titres de rap dont il écrit lui-même les paroles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ses premiers morceaux qui ont retenu l’attention étaient des odes à la Team Yavbou, l’ancien surnom de l’équipe de France de volley. Explication de texte : «Yavbou», c’est le verlan «bouillave», un terme d’argot signifiant en gros «battre à plate couture». En 2015, Ngapeth et son coéquipier de l’équipe de France Mory Sidibé ont ainsi célébré en musique les bons résultats de la Team Yavbou et réclamé plus d’attention de la part des médias.

Donc à travers ses chansons, Ngapeth cherche à valoriser sa discipline ?

C’était le cas au début, et puis son propos est devenu de plus en plus intimiste. On l’a entendu raconter ses peines de cœur, clamer son attachement à Poitiers, sa ville d'origine, ou encore partager ses moments de doute. Par exemple, dans un titre de 2019, Bouteille Vide, il laisse entendre que, à l’occasion, il fume des joints et boit plus que de raison pour dissiper son mal-être.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce n’est pas forcément l’hygiène de vie qu’on imagine pour un sportif de haut niveau…
Evidemment, il ne peut pas se permettre de vider des bouteilles et de fumer des joints. Disons, que, à travers sa musique, Ngapeth campe parfois un personnage qui lui permet d’assumer sa part d’ombre. Car, ces dernières années, parallèlement à ses performances sportives de haut vol, il a également eu démêlés judiciaires, pour avoir par exemple renversé des piétons avec sa voiture, à la sortie d'une boîte de nuit. Dans ses morceaux les plus récents, il assume ses erreurs et revendique une forme de maturité un peu désenchantée. Illustration avec Mon frère mis en ligne le 12 février :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Est-ce que la musique de Ngapeth rencontre du succès ?

Une de ses chansons, « Manière » a recueilli 100 000 écoutes sur la plateforme Spotify, un score très honorable. Personnellement, je trouve que, au fil des ans, ses morceaux ont gagné en profondeur et en complexité. Des progrès qui n’ont rien d’étonnant car, depuis qu’il joue à Kazan, Ngapeth passe son temps libre en studio d’enregistrement… Ses productions sont en tout cas bien plus convaincantes que celles d’un autre grand sportif français qui s’est essayé au rap: Tony Parker.

Thèmes associés