Après avoir évoqué les chansons destinées à encourager les équipes de France et d’Allemagne, je m’intéresse ce soir aux morceaux qui vantent les mérites de la sélection belge, les fameux Diables Rouges, adversaires de la Finlande demain.

Les supporters belges lors de l'UEFA Euro 2020 entre l'Écosse et la Belgique, à Hampden Park, le 9 septembre 2019, à Glasgow, en Écosse.
Les supporters belges lors de l'UEFA Euro 2020 entre l'Écosse et la Belgique, à Hampden Park, le 9 septembre 2019, à Glasgow, en Écosse. © Getty / Bruce White / Groupe SNS

Alors, en quoi les Belges se distinguent lorsqu’ils chantent les louanges de leur sélection ?

Et bien historiquement, les odes aux Diables Rouges ont rarement suscité le consensus outre-Quiévrain. Ne serait-ce que parce que ces chansons sont censés séduire à la fois les Wallons et les Flamands. Dans l’idéal, il faudrait donc un hymne alternant des paroles dans les deux langues, ce qui ne sonnerait pas forcément bien. Ce dilemme a été en partie surmonté par un chanteur nommé Fred Gallez, qui en 2013, a évoqué avec humour les tensions communautaires agitant son pays, tout en célébrant la sélection, dans son titre Quand les Belges (gagneront la Coupe du Monde)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Du coup, les hymnes consacrés aux Diables Rouges n’ont jamais eu de succès en Belgique ?

Non, certains se sont bien vendus, mais sans jamais faire l’unanimité. Notamment parce que ces hymnes ont longtemps été l’apanage de chansonniers, comme l’inénarrable Grand Jojo, usant d’un humour pas toujours très délicat. Ecoutez par exemple ce titre créé par un certain François Pirette, Les Diables Rouges vont à Rome, composée en vue du Mondial 1990. Précision importante : les Français n’étaient pas qualifiés pour cette compétition.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On imagine qu’il y a eu des morceaux un plus « sérieux » qui ont été composés pour encourager la Belgique non ?

Il y a failli en avoir un. Le rappeur bruxellois Damso, qui est aujourd’hui l’artiste francophone le plus écouté au monde, avait écrit un titre assez poignant, intitulé Humains, qui devait être l’hymne officiel des Diables Rouges pour le Mondial 2018. Mais la fédération belge a finalement changé d’avis, cédant notamment aux pressions d’associations féministes qui jugeaient Damso sexiste. Ce dernier est revenu sur cet incident, qu’il a mal vécu, en glissant un reportage radio sur le sujet dans son titre Passion, sorti en avril. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C’est à croire qu’entre la musique et les Diables Rouges, il n’y a eu que de rendez-vous manqués…

Sauf au moment de la Coupe du monde 2014, quand la fédération belge avait choisi un morceau fabuleux comme hymne officiel : Ta fête de Stromae. Ce qui a conduit cet artiste inclassable à interpréter son tube sur la pelouse du stade du Roi Baudoin, à la mi-temps d’un match des Diables Rouges face au Pays de Galles. Ce fut un moment magique de communion entre un chanteur à son sommet, et des supporters ravis.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Si Stromae avait su séduire la foule ce soir-là, c’est aussi parce qu’il avait introduit son concert par quelques mots prononcés en français et en flamand. Preuve que les hymnes aux Diables Rouges, s’ils ont tendance à illustrer les divisions internes de la Belgique, peuvent aussi, parfois, favoriser son unité.

Thèmes associés