Il y a trente-trois ans, presque jour pour jour, Jean-Pierre François, alors attaquant de l'AS Saint-Etienne, disputait son premier match de Championnat de France. C'est l'occasion de revenir sur sa carrière de joueur, et de chanteur, marquée par un tube énorme: "Je te survivrai".

Portrait du chanteur et footballeur, Jean-Pierre François, à Paris, le 15 mai 1990.
Portrait du chanteur et footballeur, Jean-Pierre François, à Paris, le 15 mai 1990. © Getty / Eric Fougère / Corbis

Je me suis rendu compte en plongeant dans les archives de l’Equipe qu’on a fêté hier le 33e anniversaire du premier match de Championnat de France disputé par Jean-Pierre François avec l’AS Saint-Etienne. C’était une victoire à domicile face à Cannes, 1-0, le 17 octobre 1987. Car,  avant de devenir chanteur à succès, Jean-Pierre François a été un joueur de foot professionnel chez les Verts, au poste d’attaquant.

Un attaquant d’un bon niveau ?

Bon, lors de la saison 1987-1988, il a participé à seulement six matches. A priori ses performances devaient être plutôt décevantes, car il a pris sa retraite sportive dans la foulée, à l’âge de 23 ans. Mais, dès cette époque, Jean-Pierre François marquait les esprits grâce à son physique avantageux, avec sa crinière blonde et son regard de braise.

Expliquez-nous comment Jean-Pierre François est passé soudainement de footballeur retraité à vedette du Top 50. 

Une légende persistante prétend que, Didier Barbelivien, en apercevant Jean-Pierre-François dans une discothèque, aurait confié à son complice Felix Gray « Tu vois ce mec ? Je vais lui écrire un tube ». Ce sera donc « Je te survivrai », un 45 tours qui s’est écoulé à plus de cinq cent mille exemplaires durant l’été 1989. Il faut dire que le clip qui l’accompagnait n’est pas passé pas inaperçu

Est-ce que Jean-Pierre François a survécu au succès de « Je te survivrai » ?

Pas vraiment malheureusement. Il a sorti d’autres chansons, mais très vite il a mal supporté la célébrité et il a cherché à se faire oublier. Et c’est toujours le cas aujourd’hui : l’an dernier, une reporter de l’Equipe, Anouk Corge, est partie sur les traces de Jean-Pierre François, dans le Var, où il réside. Ma collègue a rencontré sa compagne, Sandrine, la patronne du snack-bar Chez les filles, à Ramatuelle, qui lui a dit que son homme ne souhaitait pas rencontrer de journaliste.

C’est dommage…

Oui et si vous me le permettez, j’aimerais faire passer un message à Jean-Pierre François. Jean-Pierre, si tu m’écoutes, sache qu’à l’Equipe, on rêve de faire une interview avec toi, où tu nous parlerais de Saint-Etienne, du mythique Robert Herbin qui était ton coach à l’époque, de Michel Drucker, de Didier Barbelivien et de « Je te Survivrai ». Une chanson dont je me suis peut-être un peu moqué aujourd’hui, mais qu’au fond de moi, j’aime bien. Comme j’en suis sûr, la plupart des auditeurs de France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.