Caroline Cartier est cette semaine dans le quartier de Grammont, à l’est de Montpellier, dans l’Hérault, très précisément au bout de la ligne de bus n°9 qui dessert les campements de Roms.

Le mois dernier un chauffeur de bus syndicaliste avait proposé d’affréter une navette pour les Roms, au motif qu’ils sentiraient trop mauvais. Elle y a rencontré Huguette, usagère de cette ligne de bus, qui pour parler de cette question, prend des pincettes...

la fréquence des violences contre les roms a augmenté, selon amnesty
la fréquence des violences contre les roms a augmenté, selon amnesty © reuters
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.