La ressemblance entre l’homme et les primates n’a, certes, rien d’étonnant à première vue... mais ce qui a surpris Caroline Cartier, c’est l’émotion d’Abel, 68 ans, chercheur aujourd’hui à la retraite, et qui a travaillé avec une guenon.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.