Philippe Katerine
Philippe Katerine © Tony Frontal / Tony Frontal

Rediffusion

La vie est un Je, certes, mais elle a besoin des autres pour se construire. Y compris s’ils sont bêtes et méchants. L’Homme du jour n’a pas toujours été ce chanteur, auteur, compositeur, acteur, réalisateur et performer adulé par la critique, qui le traite de doux dingue, faute de pouvoir l’étiqueter. Inclassable oui, comme tous les maîtres du travestissement, mais tout sauf fou… cet agité du refrain qui organisait à 5 ans les championnats du monde de Notre Père chronométré. A 15 ans, il n’est pas encore le dandy dadais du « dance floor », tout juste un ado mal dans sa peau, mi crasseux mi christique, le souffre-douleur de ses camarades qui l’appellent « poubelle » et déposent leurs étrons sous son lit. Las d’être rejeté, il bidouille des chansons sur un 8 pistes. L’Esprit frondeur de ses débuts se métamorphose, s’affine pour donner des comptines épurées à l’extrême. L’artisan se mue en « faiseur » entre le dada et le n’importe quoi. Ses tubes faussement acidulées et vraiment libertaires chantées en slip, talons aiguilles et sous-pull ressemblent à tout et à rien, et surtout à rien d’entendu : Philippe Katherine avec un K est né…

Daphné Roulier.

Son dernier ouvrage en collaboration avec Julien Baer vient de parâitre chez Actes Sud Junior:

Le loup est un loup pour l'homme
Le loup est un loup pour l'homme © Radio France

Un aperçu de l'étrange collection de Philippe Katerine, extrait de son film Peau de Cochon:

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.