Nous entrerons dans la Carrière quand nos aînés n’y seront plus » chante virilement la Marseillaise.Et si, ce soir, nous faisions exactement le contraire, en arpentant celle d’un spécimen rare et toujours vert.Si tant est que ce soit un seul invité que j’accueille maintenant, tant sa carrière justement, ne se limite pas, et de loin à une définition simple et univoque.Ce n’est pas un métier, mais un corps de métiers qu’il exerce à lui tout seul. Et quels métiers… Ecrivain, scénariste, dramaturge, metteur en scène, parolier, traducteur, illustrateur, poète, acteur, et par-dessus tout, conteur, on ajoutera comme corde à son arc – au risque de le faire passer pour une harpe de concert – qu’il sait aussi greffer un arbre, traire une vache, labourer la terre ou encore dresser un mur en pierre sèche.N’en jetez plus, me direz-vous, la cour est pleine… Mais non.Il a également murmuré à l’oreille des Buñuel, Godard, Wajda, Forman, Brooke, Rappeneau, Haneke pour n’en citer qu’une poignée.D’ailleurs, Louis Malle disait de lui qu’il n’avait pas d’ego. Façon de souligner que son ego, il le mettait d’abord au service des autres, telle la sage-femme au service de sa parturiente…Cela suffit-il à en faire un homme sage ? C’est toute la question

Daphné Roulier

Jean-Claude Carrière
Jean-Claude Carrière © Radio France / Pascal Gros

Les invités

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.