La vie est un JE, oui, mais elle a besoin des autres pour se conjuguer. Et ils n’ont jamais fait défaut à celle qui est mon invitée. Escortée par ses gros tirages, canonisée par ses lecteurs, pop-starisée par son éditeur, cette Lady Gaga nippo-gothique est bel et bien un phénomène d’édition. Encensés ou dézingués, ses livres se vendent comme des objets de première nécessité, plus de 15 millions à ce jour. En ces temps moroses, ça s’arrose… Champagne ! Tiens, justement, c’est son pêché mignon, le champagne ! Et en cette rentrée littéraire, la serial vendeuse nous paie sa tournée. Le millésime 2014, son 23ème roman, tiré d’un Jéroboam, est un hymne à l’ivresse, un verre levé à l’amitié et à cette France jamais si exotique que sous sa plume belge et baroque.Daphné Roulier.

amélie nothomb pétronille
amélie nothomb pétronille © Radio France

Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans.Pétronille.

Il m’arrive de penser que toutes les vies se valent. Ce qui est certain, c’est que je n’ai pas de regret. Si j’avais à nouveau dix-huit ans et le même corps, je recommencerais, je reproduirais exactement ce que j’ai vécu – pour autant que j’ai vécu. Page 21. Hygiène de l'assassin.

Extrait de Stupeur et tremblement d'Alain Corneau adapté du roman :

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.