Profession reporter, catégorie profil bas. Celle qui me fait face, ce soir, tombe toujours pile, mais elle n’est pourtant pas du genre à la ramener : plutôt à rapporter. Elle en a d’ailleurs fait son métier. Rapporter les mots des autres, ou plus exactement en rendre compte le plus fidèlement possible, au plus près de l’os. Quitte à passer 5 mois dans une cave, contrainte et forcée – un accident du travail qui lui vaudra à son corps défendant un statut d’héroïne nationale - ou à récurer les commodités d’un ferry - pour les besoins d’une enquête en immersion, et le mot n’est pas trop fort. Le mot n’est jamais trop fort : le réel ne se raconte pas avec des pincettes, des jumelles ou en 24h chrono. La plume dans la plaie, oui. Mais encore faut-il s’en approcher, et ne pas craindre de payer de sa personne pour rendre visible, l’invisible. Et le rapporter, donc.

Daphné Roulier

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.