Christophe Honoré
Christophe Honoré © Radio France / Vincent Josse

La vie est un Je, oui, mais elle a besoin des autres pour se conjuguer. Se réinventer aussi. Christophe Honoré aime n’être jamais là où on l’attend. Romancier, homme de théâtre, réalisateur, il revient au cinéma avec un ovni mythologique : l’adaptation ici et maintenant des Métamorphoses d’Ovide. Chez Honoré, Jupiter roule en Clio et fait la sortie du lycée pendant que Bacchus déambule en chemise hawaïenne. Oublié le cinéaste néo Nouvelle Vague des Chansons d’Amour et de La Belle Personne, Christophe Honoré se métamorphose en poète latin de l’ère numérique, une façon comme une autre, d’interroger son travail et de nous rappeler – à l’instar d’un Godard - ce que nous devons à la Grèce. Après Georges Bataille et Mme de Lafayette et avant la Comtesse de Ségur, Christophe Honoré change de registre et puise la modernité dans l’Antiquité… Artiste pluriel, artiste mutant, un homme libre...Daphné Roulier.

Les Métamorphoses , à l'affiche depuis le 4 septembre.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.