La Vie est un Je, oui, mais franchement que serions-nous sans les autres ? Et d’abord, sans nos parents ? N’est-ce pas eux, les premiers, qui nous donnent la vie et son mode d’emploi ? La notice n’est pas la même, il est vrai, selon que l’on habite Saint-Germain des Prés ou Garges-lès-Gonesse. D’un côté, elle est fournit avec un pédigrée, de l’autre, avec le système D. N’empêche, naître entre le Flore et Castel ne vous garantit pas forcément le faste et la fête. Dans ces berceaux capitonnés, se glisse parfois aussi entre l’or et la ouate, quelques démons à visage d’ange. Et on le sait, les névroses, comme le reste, c’est contagieux. Plus encore, quand elles s’appellent maman, bohême ou liberté. Que serions-nous donc sans les autres et leur amour venin ? Sans doute pas un écrivain… « Nul ne guérit de son enfance » comme le disait Jean Ferrat, mais rien n’interdit une enfance malmenée de faire un bon livre… Celle qui me fait face, ce soir, allure Botticel-li-enne, cheveux Falbalas, gratte ses plaies depuis 20 ans avec la même encre - nerveuse : ça gicle, ça saigne, ça mord, ça tranche, ça se souvient, ça pleure, ça rit aussi un peu… De livres en livres, cette jeune fille dérangée tient la chronique de sa vie, règle gentiment ses comptes, domestique ses peurs avec l’ironie acide des enfants bien nées mais mal aimées, sans s’oublier au passage. Le prix de la reconquête, sans doute.

Daphné Roulier

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2015/01/70f7b477-94da-11e4-bab6-005056a87c30/640_proxy.jpg" alt="La gaitée justine lévy" width="480" height="480" />
La gaitée justine lévy © Radio France

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.