film l'Epreuve avec Juliette Binoche
film l'Epreuve avec Juliette Binoche ©

Ses contrats, elle les signe en y apposant ses empreintes digitales, se met à danser quand les ballerines raccrochent les chaussons, ne s’en moque pas moins du french cancan dira-t-on et pose nue dans Playboy : elle vit cash. Elle n’a peur ni du loup, ni du feu, ni des larmes… Ses Césars, ses oscars, ses prix d’interprétation, elle s’en sert moins pour les exhiber que pour caler les portes. Il n’y a de titres pour elle que ceux que l’on remet en jeu. Et le jeu, c’est elle qui en fixe les règles. Quitte à s’y abîmer, elle prend ses rôles à bras le corps, s’y adonne corps et âme, elle les percute, elle les « performe » comme on dit en anglais, la langue dans laquelle elle joue en ce moment. Car oui, elle joue en se jouant des frontières : le monde est sa maison. Elle aime le risque et depuis Les Amants du Pont Neuf connaît ceux du métier. Pas les amants, les risques. Et l’intrépide pourrait comme René Char soutenir sans mentir que « l’impossible lui sert de lanterne ». En tout cas, l’éclairage de la dite lanterne lui sied au teint, d’autant que cette risque tout prend superbement la lumière. Elle l’attire, même. Qu’elle traque l’inattendu, transgresse le cadre ou cherche le vertige, en musardant si ça lui chante – car oui, elle chante aussi – par le théâtre, la peinture ou la danse, elle brille. Et plus encore quand le sujet est sombre. Si c’était une couleur, elle serait l’arc-en-ciel …

Daphné Roulier

Les liens

Le Théâtre de la Ville

19h33
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.