Passer inaperçu, on le craint ou on en rêve, c’est une question de tempérament, une question de film aussi. Il y a la délicieuse "Dentellière" que jouait une toute jeune Isabelle Huppert et dont le charme semblait échapper à ceux qu’elle rencontrait. Il y a aussi le Jean-Louis Trintignant du "Fanfaron" si timide que le jour où il se retrouve coincé dans les toilettes d’une station-service il n’ose même pas demander de l’aide.

Et puis il y a Mia Farrow dans Alice , qui s’efface littéralement, c’est à la fois la magie d’une potion et celle du cinéma de Woody Allen, une magie que nous fait partager l’historien de l’art et conservateur de musée Stéphane Guégan.

Alice de Woody Allen
Alice de Woody Allen © radio-france

Dans le générique de cet épisode vous avez pu entendre des extraits des films suivants :

L’homme invisible , série britannique créée par Ralph Smart en 1959, Hollow man de__ Paul Verhoeven.

Pour l'instrumental de fin : extrait de la BOF deAlice - Firehouse Five Plus Two Southern Comfort -, musique de Philip Braham et Douglas Furber.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.