Présente en zone tropicale, la mangrove est un écosystème forestier spécifique soumis aux marées. Les palétuviers rouges (Rhizophora mangle) en sont les espèces caractéristiques, spécialement en Guadeloupe.

Les conditions du milieu (salinité, absence d’oxygène dans le sol, topographie) varient, créant ainsi une grande diversité des paysages, souvent mystérieux et d’une exceptionnelle beauté.

Pour visiter cette mangrove guadeloupéenne, méconnue et peu accessible, Belmangrove propose des excursions à la journée dans le Grand Cul de Sac Marin (le plus grand lagon des petites antilles), classé Réserve de la biosphère par l’UNESCO, sur des VTT des mers.

Accompagné de Guy Bélair, guide naturaliste et ornithologue, il est possible d’observer la faune (beaucoup d’oiseaux et une faune sous-marine très riche) et la flore spécifiques.

Un « écotourisme pédagogique », qui, en plus de sensibiliser les visiteurs à cet écosystème sensible, offre l’accès à des plages et de petites îles normalement inaccessibles, notamment pour des baignades.

Le respect de l’environnement est une préoccupation de chaque instant pour Guy Bélair : afin de ne pas déranger les espèces animales, il s’attache systématiquement à respecter le maintient d’une distance vis-à-vis d’eux, surtout lors de la nidification, et il n’organise pas de circuit la nuit.

En Guadeloupe, la mangrove couvre environ 5% du territoire. Les plus vastes étendues bordent le Grand Cul-de-sac Marin , dont une partie est protégée en Réserve naturelle. C’est un lieu privilégié pour la reproduction, l’alimentation et le refuge de la faune, dont l’observation constitue un des attraits forts de la randonnée.

Rempart contre les à-coups de la mer (spécialement en période cyclonique comme maintenant), nurserie pour les poissons, filtre de pollutions, la mangrove assure des rôles méconnus particulièrement utiles aux hommes.

Catamaran biplace à pédales, propulsé par une hélice, le VTT des mers se faufile partout. Sans bruit et sans rejet, il permet de glisser sans perturber le milieu. On monte dessus comme sur un pédalo, mais il est plus léger et beaucoup plus rapide puisqu’il permet d’atteindre 12 km/h lorsque deux personnes pédalent côte à côte. Il permet d’aller dans la mangrove car il a un très faible tirant d’eau (15 cm).

Les liens

Le site pour visiter la mangrove guadeloupéenne en VTT des mers

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.