La loi du 16 avril 2006 a créé un nouveau type d’aire marine protégée : le Parc naturel marin.

Cet outil innove par son approche intégrée de l’espace et des activités.

C’est un espace délimité dans lequel coexistent un patrimoine naturel remarquable et des activités socio-économiques importantes.

Un double objectif de protection de la nature et de gestion durable des ressources.

Sont associés à la décision et à l’action chacun des acteurs concernés : élus locaux, services de l’État, usagers et professionnels de la mer, associations environnementales, scientifiques, etc.

C’est un mode de fonctionnement participatif.

Il y a deux parcs marins en France : celui d’Iroise et celui de Mayotte.

Le décret créant le Parc naturel marin de Mayotte a été signé le 18 janvier 2010.

Ce parc naturel marin, le premier d'Outre-mer, s’étend sur près de 70 000 km² (68 381 km² exactement, dont toute la Zone Economique Exclusive (ZEE)).

Il comprend le lagon à double barrière de corail qui compte près de 200 km de récifs coralliens.

L'objectif de ce parc est de préserver la biodiversité marine et les activités maritimes à Mayotte.

Le lagon accueille plus de 750 espèces de poissons - dont 24 de requins et 13 de raies - mais aussi 300 variétés de coraux, des tortues marines ou encore 22 espèces de mammifères marins, dont le dugong .

Semblable à un gros phoque de trois à quatre mètres de long (et 900 kilos) au nez écrasé, cet herbivore - peut-être à l’origine du mythe des sirènes - est considéré comme le mammifère marin le plus menacé d’extinction. Il se plaît tout particulièrement dans le lagon de Mayotte.

Or celui-ci est particulièrement menacé par l’extraordinaire densité de population - 500 habitants/km2 - et les pollutions qu’elle engendre. Seules 36.000 des 186.000 habitations de l’île sont (mal) reliées à des stations d’épuration, et aucune décharge n’est aux normes.

Cécile Perron est directrice au service du Conseil de Gestion du Parc qui compte 41 membres et regroupe des associations de protection de l’environnement, des élus locaux (maires et conseillers généraux), des usagers professionnels (petite pêche et grande pêche, toursime) et non-professionnels (plaisance, kayak...), des experts et seulement 4 élus locaux.

La construction de ce plan de gestion est en cours.

Depuis la création du parc en 2010, des mouillages pour protéger les coraux (zones de mouillage délimitées pour ne pas que les ancres abîment les coraux) ont été mis en place ; un diagnostic pour établir un bilan de santé des récifs coralliens a été effectué fin-juin/début-juillet ; une opération de ramassage des acanthasters (étoiles de mer mangeuses de coraux) a été entreprise en partenariat avec les clubs de plongée, car elles pullulent ; un inventaire des mammifères marins sur la zone du parc est réalisé en partenariat avec l'Agence des Aires Marines Protégées (AMP).

Le parc marin doit se prononcer sur tous les projets ayant un impact potentiel sur le milieu marin. Sans cet avis conforme (véto), les projets ne peuvent être réalisés, même avec l’accord de la Préfecture.

Si vous vous y rendez avant le mois d'octobre, vous pourrez contempler les baleines qui viennent s’abriter dans le lagon de Mayotte pour mettre bas et allaiter leurs petits. Et pourquoi pas vous baigner avec elles ?!

Les liens

La page du site de l'AMP sur le Parc naturel marin de Mayotte

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.