Avant toute révélation, avant que des faits dénoncés par les lanceurs d’alerte nous parviennent, un choix binaire et radical doit être fait : parler... ou se taire.

James Dunne et Cynthia Fleury
James Dunne et Cynthia Fleury © Maxppp / LIONEL BONAVENTURE / AFP et PH LAVIEILLE

Fermer les yeux sur une situation que l’on juge immorale… ou permettre aux yeux du monde de s’ouvrir sur ce que l’on voit. Le choix des « lanceurs d’alerte » s’opère dans la solitude, dans le silence d’un dialogue entre leur conscience et eux-mêmes.

Ceux qui font le choix, en conscience, de révéler, de dire la vérité, sont porteurs d’une verticalité philosophique, humaine et politique immémoriale. Ils arrivent à se transcender comme sujets, pour se mettre en adéquation avec leurs valeurs.

Modestes et pas fanfarons

Alors que l’ensemble du corps social voit en eux des êtres pourvus d’un courage hors normes, les lanceurs d’alerte, en général, ne fanfaronnent pas sur leur vertu, et affichent au contraire un profil bas.

Dans son célèbre discours de Harvard en 1978, Alexandre Soljenitsyne fustigeait notre célébration du progrès technique qui n’avait pas réussi à « racheter la misère morale » dans laquelle était tombé le XXème siècle. Il concluait son texte sur le déclin du courage par ces mots :

Personne sur la Terre, n’a d’autre issue que d’aller toujours plus haut.

Plongée au cœur du choix moral qui s’opère en chacun dans une situation extrême, pour percer le mystère du courage.

Les citations du début de l'émission sont de Cynthia Fleury :

Notre chute collective est gluante. Le salut viendra de quelques individus prêts à s’extraire de la glu.

et

Courageux, celui qui perçoit l’obscurité de son temps comme une affaire qui le regarde.

Pour aller + loin :

Les références bibliographiques :

Et aussi à écouter :

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.