L’histoire de notre générique d’émission qui fait fureur (Axel Villard-Faure), l’explication du sens de l’équilibre des danseurs par un chercheur anglais (Cécile Bonneau), et comment parlaient nos ancêtres (Sophie Bécherel).

Polka !

Loituma
Loituma © Radio France / Antoine Bonvoisin

Aujourd'hui Axel raconte l'histoire de cette polka qui fait notre générique ! Une chanson traditionnelle finlandaise écrite dans les années 30 par un certain Eino Kuttunenpar. L'histoire d'Eva qui veut aller danser mais que sa maman ne veut pas laisser partir. La Polka d'Eva a fait le tour du monde grâce à internet et au réseau 4chan. Pourquoi reste-elle autant dans la tête et pourquoi a-t-elle fait le tour du monde ? Des questions auxquelles la science ne peut pas répondre aujourd'hui et qui font tout son charme. Un petit voyage dans le web et ses mystères en chanson !

La version traditionnelle de la chanson, extraite du film "Lumberjack" (1952) :

> En savoir +

L'animation 4chan sur Koreus (2006)

Version live du groupe vocal Loituma (1996)

Version Holly Dolly de la société Jamba (2007)

Version Hattsune Miku - le synthétiseur vocal de Yamaha (2008)

Version de Korpiklaani folk metal finlandais (2012)

Un petit tour et puis… vomi ?

Ils ont beau enchaîner 11 pirouettes comme le beau Baryshnikov dans "Soleil de nuit" ou même 55 comme la détentrice du record du monde, les danseurs ne ressentent pas le tournis. Cette sensation de vertige accompagnée d'un réflexe oculaire, orchestrée par l'oreille interne en charge de l'équilibre du corps est pourtant bien présente chez les sujet "normaux".

Barry Seemungal, du département de médecine de l'Imperial College London a étudié l'anatomie des cerveaux de 29 danseuses expérimentées comparée à celle de 20 femmes non danseuses. Résultat: des petites différences (notamment une atrophie d'une petite zone du cervelet qui reçoit les signaux de l'oreille interne) qui pourraient livrer des clés pour soigner les personnes sujettes aux problèmes d'équilibre.

Extrait de White Nights , film de Taylor Hackford, dans lequel un danseur de ballet exécute 11 pirouettes:

Parler comme nos ancêtres

Depuis le 19e siècle, les linguistes savent que toutes les langues indo-européennes modernes descendent d’un unique dialecte. Il était parlé par un peuple qui vécu entre 4500 et 2500 ans av. JC. En 1868, un linguiste allemand a tenté de reconstituer des parties du vocabulaire de cette langue, et d’inventer une fable pour entendre certaines des prononciations. Nommée « Le mouton et les chevaux », cette histoire est régulièrement mise à jour avec les nouvelles découvertes au sujet de cette langue ancienne.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.