VKontakte, le « Facebook » Russe, maintenant dirigé par un proche de Vladimir Poutine (par Axel Villard-Faure), le robot Nao au service des enfants autistes (par Gabriel Pereira), et une psychanalyse du remaniement ministériel (par Sébastien Bohler).

VKontakte, le « Facebook » Russe, aux mains du Kremlin

Cybersurveillance
Cybersurveillance © / https://www.flickr.com/photos/nolifebeforecoffee/124659356/sizes/z/in/photostream/

Le CEO de VKontakte (l'équivalent russe de Facebook) vient de démissionner après plusieurs mois de tourmente et de pressions de la part du Kremlin. Le réseau social le plus utilisé en Russie appartient donc maintenant à son actionnaire majoritaire, United Capital Partners, dirigé par un proche de Vladimir Poutine. Que penser de cette situation en termes de sécurité ? Ce réseau était devenu très populaire grâce à sa politique permissive et même laxiste face au partage de contenus piratés. Par ailleurs ce changement de gouvernance du réseau menace-t-il les communautés homosexuelles russes, cibles privilégiées de Vladimir Poutine ? Axel interroge Jean-Marc Manach, invité de l'émission aujourd’hui.

Des robots au service des enfants autistes

Nao mesure 58 cm, il sait parler, bouger et exprimer des émotions. Ce petit robot humanoïde, fabriqué par la société française Aldebaran Robotics, participe désormais à l'éducation des enfants autistes. A l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, l'association Autistes Sans Frontières acquiert ce mercredi deux robots Nao, qui seront testés auprès d'une dizaine d'enfants en région parisienne et en Vendée.

« Nao dispose dans sa base de données de plusieurs dizaines d'applications capables de faire travailler les enfants », explique Vincent Gerhards, le président d'Autistes Sans Frontières. Le petit robot a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, où le programme éducatif "Ask Nao" (Autism Solution for Kids) est largement utilisé.

Le remaniement ministériel nous procure-t-il du plaisir ?

Depuis deux jours, on ne parle que de remaniement. Comme si c’était la clé du redressement d’un pays et de la sortie de la crise. Pourquoi le pouvoir en difficulté recourt-il toujours à cette stratégie, et y gagne-t-il un répit ? Qu’est-ce qui, dans nos cerveaux, accueille toujours le changement sous un angle favorable?

Sébastien fera le rapprochement avec des études de neurosciences qui montrent que notre cerveau accorde fondamentalement de la valeur au changement, indépendamment de sa nature. Des expériences réalisées en laboratoire révèlent que la présence d’un événement nouveau dans une série bien établie allume les centres cérébraux liés au plaisir et au désir d’exploration. Notre goût intrinsèque pour le changement suffira-t-il pour suspendre notre esprit critique? C’est la question posée en filigrane.

Retrouvez La tête au carré :

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/11/c2307ded-494a-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier.jpg" alt="Dossier01" width="640" height="59" />
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure

Les liens

Le Blog² Notre blog vient tout juste d'ouvrir et nous en sommes ravi ! Vous y trouverez des voix, des points de vues, des coups de gueules, des femmes et des hommes qui s’expriment librement à propos de science mais pas seulement. Nous avons voulu laisser libre l’expression de chacun des membres de notre belle équipe. Vous pourrez par exemple lire les témoignages de Mathieu Vidard sur le quotidien de l’émission, les délires sonores de Violaine Ballet la réalisatrice, les commentaires éclairés sur l’actualité des sciences de nos chroniqueurs.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.