Le premier portrait de l’histoire de la photo et premier selfie (par Axel Villard-Faure), les drosophiles aussi meurent d’amour (par Cécile Bonneau), et de nouveaux résultats au sujet du réchauffement climatique en Europe (par Sophie Bécherel).

Selfie = égo-portrait ou narcissimage ?

La photo ci-dessous du chimiste Robert Cornelius prise par lui même est certainement le premier portrait de l’histoire de la photo, mais c’est aussi et surtout le premier selfie ! Un selfie de l’anglais self (soi ), c’est un autoportrait photographique destiné aux réseaux sociaux. C’est surtout le mot de l’année 2013 des dictionnaires anglais Oxford, pour la simple et bonne raison que son emploi a augmenté de plus de 17 000 % en 2012. Qu’a-t-on à apprendre de la recrudescence de cette pratique ? Pourquoi est-ce si important de maîtriser son image en ligne au point de faire les photos soi-même ? Axel vous apprend à faire de bons selfies ce matin dans #laTAC.

Le premier Selfie
Le premier Selfie © Radio France / Axel Villard-Faure

En savoir +

Dark Vador sur le compte instagram officiel de Star Wars a fait son premier selfie hier. Résultat : 14k likes en 4 heures !

Un tuto pour faire un selfie parfait

Les mouches se meurent aussi d'amour

Drosophila melanogaster
Drosophila melanogaster © / http://en.wikipedia.org/wiki/Drosophila

Des chercheurs de l'Université du Michigan viennent de montrer que chez la mouche du vinaigre (Drosophila Melanogaster), la frustration sexuelle diminue l'espérance de vie. En soumettant des mouches mâles à des phéromones femelles sans leur permettre de s'accoupler, les chercheurs ont en effet observé que leurs réserves de graisse s'épuisaient, que leur résistance au stress et à la privation de nourriture diminuait, et que leur espérance de vie se réduisait. Mais ces effets sont réversibles: si l'on permet à des mouches soumises à cette frustration de finalement s'accoupler, elles redeviennent saines!

Changement de climat en Europe

Europe
Europe © / http://fr.wikipedia.org/wiki/Canicule_europ%C3%A9enne_de_2003

Des chercheurs de 27 instituts ont effectué des simulations précises pour évaluer les conséquences du réchauffement climatique européen. Selon leurs résultats, la température globale du continent augmenterait de 1à 5°C d’ici la fin du siècle. L’étude confirme également une augmentation de pluies intenses, de vagues de chaleur et de périodes de sécheresse.

EN BREF

  • Un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit, plus du tiers des amibiens et un tiers des conifères sont en train de disparaître.
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.