Le projet Wolfram Alpha, l’avenir potentiel de Wikipédia (Axel Villard-Faure), le « Voyager Golden Record 2.0 » qui serait envoyé à la sonde New Horizons (Florence Porcel), et les corrélations mais non causalités des statalacons (Dominique Dupagne)

Big Data

Big Data
Big Data © Radio France / Axel Villard-Faure

Et si le projet Wolfram Alpha était l'avenir de Wikipédia et de l'encyclopédie des Lumières. Wolfram Alpha est une nouvelle façon de rechercher et de créer des connaissances grâce à de puissants algorithmes de calcul et surtout à l'immense quantité de données numériques disponibles. Stephane Wolfram, son créateur, pense que l'informatisation et l'analyse de la connaissance de l'humanité et de ses fameuses "Big Data" seront l'avancée majeure de notre décennie. Il est l'inventeur du logiciel Mathematica, une référence mondiale en matière de calcul dynamique et de modélisation mathématique.

Blind test pour extraterrestres

On a récemment évoqué la sonde Voyager 1 qui est enfin entrée dans l’espace interstellaire, une première dans l’histoire de l’humanité. Elle porte à son bord le « Voyager Golden Record », un enregistrement composé de sons divers destinés à une éventuelle civilisation extraterrestre.

Aujourd’hui, ce sont des internautes, parmi lesquels des scientifiques, des ingénieurs et des artistes, qui veulent créer un « Voyager Golden Record 2.0 » qui serait envoyé à la sonde New Horizons, celle qui se dirige actuellement vers Pluton et la ceinture de Kuiper. Ils ont créé un site intitulé « Initiative du message pour New Horizons » où l’on peut signer la pétition pour convaincre la NASA d’accepter de télécharger le futur document dans la mémoire de la sonde.

Initiative du message pour New Horizons
Initiative du message pour New Horizons © Radio France / Florence Porcel

Café, cancer, et beurre de cacahuètes

Deux statalacons sont évoquées cette semaine. La première est une étude américaine publiée récemment dans la revue Cancer, Causes and Control. Les auteurs notent que les consommateurs de café qui présentent un cancer de la prostate voient leur cancer évoluer plus favorablement que celui des buveurs de thé. Le raccourci tentant est bien sûr de croire que le café a un effet favorable sur l’évolution du cancer de la prostate. Mais, comme toujours, il ne faut pas confondre corrélation et causalité !

L’autre exemple est une statistique concernant le beurre de cacahuète, publiée dans le numéro de septembre de Breast Cancer research and treatment. A partir de questionnaires remplis par 9000 jeunes bostoniennes, les auteurs constatent que la consommation de beurre de cacahuètes est associée à une moins grande fréquence de lésions du sein. Est-il besoin de rallumer le néon « corrélation n’est pas causalité » pour stigmatiser cette statalacon ? Non bien sûr, car vous avez désormais compris que de nombreux biais pourraient réduire à néant les prétentions mammaires du beurre de cacahuètes. Vous avez des idées sur les biais possibles dans ces études ? Faites nous part de vos idées au hashtag #LaTAC.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.