Pourquoi SnapChat attire tous les regards (par Axel Villard-Faure), des chercheurs découvrent une nouvelle piste pour traiter la dépendance au cannabis (par Cécile Bonneau), et le génome de la plus ancienne plante à fleur dévoilé (par Sophie Bécherel).

Les ados, accros à SnapChat

SnapChat
SnapChat © Radio France / Axel Villard-Faure

SnapChat est une application pour mobile utilisée exclusivement par les ados. Elle permet d’échanger des photos en toute discrétion sans laisser la moindre trace (bientôt 400 millions d’envois par jour dans le monde). Les jeunes l'utilisent majoritairement mais il y a du monde que l’appli intéresse : les économistes qui se demandent quand Evan Speigel, son jeune fondateur, va enfin se décider à la vendre (il a refusé déjà deux offres à 3 et 4 milliard de dollars), les psychologues qui tentent de comprendre pourquoi les ados sont si accros et si coquins sur ce réseau, et les hackers qui viennent de montrer que la sécurité du réseau est de piètre qualité. Axel vous explique ce matin pourquoi le petit fantôme, exhibitionniste secret de SnapChat, attire tous les regards.

En savoir +

SnapChat interdit sur le réseaux Wifi du collège d'Eton en Angleterre

La liste révélée par les hackers mercredi dernier

Instagram tente de reprendre le contrôle par la copie et lance Instagram Direct (13 décembre)

Vers un nouveau traitement de la dépendance au cannabis ?

Deux équipes de chercheurs de l'Inserm de Bordeaux viennent de découvrir dans le cerveau un mécanisme de défense contre les effets du cannabis. La prégnénolone, une hormone produite naturellement, se fixe en effet sur les mêmes récepteurs des neurones (les récepteurs cannabinoïdes) que le principe actif du cannabis, et bloque la production de dopamine, qui est la cause de la dépendance.

Des essais cliniques devraient rapidement être menés pour vérifier qu'il s'agit bien là d'une première thérapie pharmacologique de la dépendance au cannabis.

Le génome de la plus ancienne plante à fleur dévoilé

Amborella
Amborella © / http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/26/Amborella_trichopoda_(3065968016)_fragment.jpg

On connaît désormais la carte génétique d'Amborella, la sœur de toutes les plantes à fleurs. L'Amborella, c'est une belle plante de 8 m de haut au feuillage persistant et qui est endémique à Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. On la trouve dans les forêts humides et ses fleurs délicates blanches sont réparties au bout des branches en grappes. Ce qui fait de cette plante un cas unique c'est qu'elle est la plus ancienne de son espèce, l'ancêtre de toutes les plantes à fleurs d'aujourd’hui.

Cela faisait longtemps que les botanistes se demandaient comment s'est faite la différenciation entre plantes sans fleurs et plantes à fleurs il y a environ 135 à 200 millions d'années. Le séquençage du génome par une équipe américaine vient d'apporter un début de réponse.

EN BREF

Observ’ER, Observatoire des énergies renouvelables

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.