Un séisme de magnitude 4,8 sur l'échelle de Richter hier en France (par Axel Villard-Faure), des chercheurs montrent comment les plaques tectoniques sont apparues (par Cécile Bonneau), et une expédition sur les déchets plastiques (par Sophie Bécherel).

La terre tremble

Tremblement de terre
Tremblement de terre © Radio France / Axel Villard-Faure

La France et précisément les Alpes de Haute-Provence ont connu hier un séisme de magnitude 4,8 sur l'échelle de Richter. Aucuns blessé ni dégât majeur n'ont été répertoriés mais les secousses ont été ressenties sur une large partie du territoire, allant des Alpes à la côte d'Azur. Axel revient en direct sur ce séisme décennal avec Pascal Bernard de l'IPGP (Institut de Physique du Globe de Paris). Le physicien abordera aussi la sismicité du Chili qui a tremblé deux fois de façon importante (8,2 et 7,6 sur l’échelle de Richter) en ce début d'année et où les spécialistes redoutent un très gros séisme comme le pays en a connu il y a 150 ans. Si ce « Big One » survenait il pourrait avoir des effets dévastateurs.

L'apparition des plaques tectoniques décryptée

Une équipe de l'Institut de géologie de Lyon vient de montrer comment les plaques tectoniques sont apparues sur Terre. Une étude publiée avant-hier dans la revue Nature.

On savait que la tectonique sévissait déjà il y a trois milliards d'années, et on savait aussi que l'écorce terrestre était déjà formée il y a 4 milliards d'années, mais on ne savait pas quand celle-ci s'était fragmentée en plaques.

Plaques tectoniques
Plaques tectoniques © / http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7a/Tectonic_plates-fr.png

C'est aujourd'hui chose connue grâce à un modèle informatique, qui montre que sous l'action des déformations du manteau, les roches de la lithosphère (les péridotites) se sont effritées sans avoir eu le temps de cicatriser, contrairement à ce qui se produit sur la planète Vénus, par exemple, où la chaleur de surface permet aux roches de cicatriser aussi rapidement qu'elles ne se fragilisent, et où la lithosphère est donc restée d'un seul tenant.

Expédition sur les déchets plastiques de l’Atlantique Nord

L’expédition 7e Continent met le cap sur l’Atlantique Nord pour rapporter un témoignage scientifique de l'état de l’océan dans cette région, et de la présence des déchets plastiques.

La mission souhaite apporter la preuve de l’existence de ces plaques de déchets et faire prendre conscience du comportement de nos sociétés de consommation.

Expédition 7e continent
Expédition 7e continent © Radio France

Les plaques de déchets se forment actuellement dans les océans, à partir de millions de tonnes de détritus plastiques charriés par les courants océaniques. Dans ces régions du globe, les courants tournent dans le sens des aiguilles d’une montre et créent une spirale interminable, appelée un « gyre », un puissant vortex qui fait tourbillonner les déchets et les accumule.

EN BREF

Cartographier les lieux de prédilection des fumeurs ? C'est possible ! Une étude de l'Université d'Otago à Wellington en Nouvelle zélande.

Retrouvez La tête au carré :

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/11/c2307ded-494a-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier.jpg" alt="Dossier01" width="640" height="59" />
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.