Un étudiant met au point un microscope à 35 centimes (par Axel Villard-Faure), les éléphants ne se laissent pas bluffer par les humains (par Cécile Bonneau), et Stanislas Dehaene, lauréat du Brain Prize (par Sophie Bécherel).

Microscope de poche

Foldscope
Foldscope © Radio France / Axel Villard-Faure

Le Foldscope est un microscope tout à fait fonctionnel qui permet de grossir une image jusqu'à 2000 fois. Vous pouvez le jeter par terre, le piétiner, le faire tomber dans l’eau, il pèse 8 grammes, tient dans la poche et coûte exactement 35 centimes d’euros à fabriquer ! C’est le projet d’un jeune étudiant de l’université de Standford et sa trouvaille pourrait bien révolutionner la détection et la prévention des maladies tropicales dans le monde.

Plan du Foldscope (PDF)

Les éléphants savent reconnaître un humain… à sa voix!

Une étude publiée aujourd'hui dans les Pnas par des chercheurs britanniques et kenyans montre que les éléphants font la différence entre les voix des humains Maasaï (des éleveurs kenyans qui chassent parfois les éléphants pour défendre les territoires de leurs troupeaux) et celles des Kamba (des agriculteurs qui ne représentent pas de menaces pour les éléphants). Les éléphants montrent aussi moins d'inquiétude à l'écoute d'une voix de femme ou de petit garçon Maasaï, qu'à l'écoute d'une voix d'homme Maasaï adulte, les seuls qui sont réellement susceptibles de les menacer. En outre, lorsqu'on modifie l'enregistrement de la voix d'un homme Maasaï pour la rendre aussi aiguë que celle d'une femme, les éléphants, contrairement aux humains, ne se laissent pas tromper et manifestent leur inquiétude.

Sur cette vidéo, on voit qu'à l'écoute de l'enregistrement d'une voix d'un Maasaï, les éléphants s'arrêtent, se mettent à sentir l'air ambiant et se regroupent :

Stanislas Dehaene, lauréat du Brain Prize

Il explore le cerveau depuis 25 ans et s'intéresse tout particulièrement aux processus d'apprentissage : Stanislas Dehaene vient de recevoir le prix Brain Prize, le plus prestigieux pour les neurosciences en Europe, également décerné à deux autres chercheurs Giacomo Rizzolati et Trevor Robbins. Ces trois scientifiques se partageront un million d'euros pour leurs recherches novatrices sur les fonctions cérébrales supérieures. Dans le domaine de la cognition et du comportement humain, ils ont chacun révélé comment notre cerveau procédait dans les apprentissages.

Le français, Stanislas Dehaene, professeur au collège de France, déjà couronné l'an dernier par le grand prix INSERM, est connu pour des avancées majeures dans le processus de calcul et de lecture. C'est lui qui a montré l'importance d'associer un son à une lettre, une syllabe à un mot. Pour lui, quand on apprend à lire, seule la méthode syllabique est pertinente, contrairement à la méthode globale, pourtant largement utilisée encore en France.

En calcul, il a aussi montré par des études psychologiques, et l'imagerie cérébrale qu'il utilise beaucoup, que les bébés de quelques jours avaient déjà le sens des nombres.

Le Brain Prize est décerné par la Fondation européenne Grete Lundbeck pour la recherche sur le cerveau.

En savoir +

Mon cerveau à l'école

EN BREF

L'enquète de Newsweek sur le créateur du Bitcoin.

Un grand requin blanc traverse l'Atlantique.

Retrouvez La tête au carré :

Dossier01
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure
Chronique02
Chronique02 © cc axel VF / axel Villard Faure
NewsDef
NewsDef © cc by Axel VF / Axel VF
nouret
nouret © cc by Axel VF
facebook01
facebook01 © cc axel vf / axel villard-faure

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.