Gollum, résultat d’un véritable travail scientifique (par Axel Villard-Faure), le retrait de l’étude Séralini (par Dominique Dupagne), et la thèse en 180 secondes (par Florence Porcel).

La science des Hobbits

Gollum et la science
Gollum et la science © Radio France / Axel Villard-Faure

The Hobbit : la désolation de Smaug, est au cinéma depuis hier en France. Un des personnages du film a nécessité d’importantes recherches anatomiques pour voir le jour en effets spéciaux. Il s’agit de Gollum, une créature à demi humaine vieille de quatre siècles, schizophrène et cavernicole ! Le rendu quasi-réel à l’écran de ce personnage et de l’univers de J.R Tokien est le résultat d’un travail à mi-chemin entre recherche et extrapolation scientifique. Joe Letteri en charge de Gollum, et déjà récompensé par quatre oscar des meilleurs effets spéciaux, raconte la création de Gollum pour la revue Nature . Andy Serkis qui donne corps et voix au petit monstre a vu sa nomination aux oscars annulée pour la nature virtuelle de son personnage. C’est pourtant l’alliance de l’homme et de la technologie qui a permis de rendre Gollum vivant et si… précieux.

Séralini revient, le jour suivant

Séralini
Séralini ©

Tout le monde se souvient du buzz autour de l'étude de Gilles-Eric Séralini, relayée en Une du Nouvel Observateur. Le toxicologue français tentait de démontrer par ses expériences sur des souris le caractère cancérigène d'un pesticide et d'un maïs OGM. Or, l'étude scientifique originale vient de faire l'objet d'un retrait par la revue Food an Chemical Toxicology qui l'avait imprudemment publiée.

Y’a pas plus simple qu’une thèse

Un sujet de thèse, pour le commun des mortels, c'est incompréhensible. Alors la thèse elle-même... Heureusement, il existe un concours qui permet à tout un chacun d'accéder à la connaissance scientifique des doctorants les plus doués en vulgarisation : "Ma thèse en 180 secondes".

C'est Marianne Prévôt qui a gagné le prix du jury à l'occasion des Doctoriales de Bretagne 2013 lundi soir. Voici sa présentation :

Sachant que son sujet de thèse est "Démonstrateurs des potentialités applicatives des clustomésogènes dans des dispositifs dédiés à l'affichage, à la détection et aux télécoms", c'est sûr qu'en 180 secondes, c'est plus clair !

En savoir +

Les 180 secondes de la gagnante du prix du public

La page Facebook des Doctoriales de Bretagne

EN BREF

En faire trop, au détriment des patients, dans la médecine moderne

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.