Il existe des astuces pour ne plus se « pourrieller » la vie (par Axel Villard-Faure), le cancer de l’estomac dépendant d’une bactérie (par Cécile Bonneau), et la fonte inévitable du glacier du Pin en Antarctique (par Sophie Bécherel).

Mort aux pourriels !

Des trucs contre les pourriels
Des trucs contre les pourriels © Radio France / Axel Villard-Faure

Si vous aussi êtes malades de la boite mail, que vous êtes atteints de pubithose , de spaméningithe ou la très répandue jen’aipasbesoindeviagrabordel et que toutes sortes de choses que vous n’avez pas demandé arrivent sur votre boite mail : cette chronique est pour vous ! Sachez qu’il existe plusieurs “trucs” simples pour soigner votre boite et reprendre plaisir à l’ouvrir, lire et échanger des mails avec vos amis. Ne passer plus votre temps à effacer un flot grandissant de messages non désirés !

En savoir +

Le Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’Internet

Le site Signal Spam, association qui développe un réseau pour agir contre les pourriels

Mieux vaut évoluer avec les bactéries

Le risque de cancer de l'estomac dépend de la proximité évolutive entre homme et bactérie. Il existe en Colombie deux villes séparées par 200 km… et par des statistiques très différentes en ce qui concerne le cancer de l'estomac: on en compte proportionnellement 25 fois plus à Tuquerres qu'à Tumaco. Pourtant, la bactérie responsable de la survenue de ce cancer, Helicobacter pilori est autant présente dans les deux cités.

Helicobacter pilori
Helicobacter pilori © / http://commons.wikimedia.org/wiki/File:HelicobacterPylori2.jpg

Pourquoi n'agit elle pas de la même manière? Des chercheurs américains et colombiens ont percé ce mystère: les habitants de Tuquerres, qui sont principalement d'origine amérindienne, sont exposés à une bactérie d'origine européenne et africaine apportés par les conquistadors espagnols, qui n'a pas évolué avec eux. Tandis que les habitants de Tumaco, principalement d'origine africaine (descendants d'esclaves) sont exposés à une bactérie d'origine africaine qui a co-évolué avec eux et se trouve donc bien moins offensive.

Fonte irréversible du glacier du Pin

Le glacier du Pin dans l'Antarctique est celui qui contribue le plus à l'élévation du niveau des mers. Une équipe internationale de chercheurs vient de démontrer que sa fonte va s'accélérer et que d'ici les 20 prochaines années, la fonte du glacier va entrainer une hausse de 3, 5 à 10 mm du niveau des mers.

Par quels procédés s'effectue cette fonte ? Pourquoi ce glacier en "déséquilibre" est-il entré dans un processus d'irréversibilité ? Les réponses avec Gaël Durand, glaciologue au Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement à Grenoble.

Retrouvez La tête au carré

Pour rester connecté, connaître les émissions à venir et découvrir les coulisses de l'émission, abonnez-vous ànotre toute nouvelle Newsletter !

Newsletter La TAC
Newsletter La TAC © Radio France / Axel Villard-Faure

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/11/c2307ded-494a-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier.jpg" alt="Dossier01" width="640" height="59" />
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.