Pas de secret pour se faire financer, il faut bien parler (par Axel Villard-Faure), un projet pour comprendre comment se forment les poussières cosmiques (par Florence Porcel), et comment sortir définitivement des statalacons (par Dominique Dupagne).

Pour gagner de l’argent, il faut avoir le mot juste

Gagner plus d'argent
Gagner plus d'argent © Radio France / Axel Villard-Faure

Devant le succès des plateformes de financement participatif deux chercheurs de l'institut de technologie de Géorgie ont décidé de s’intéresser aux clefs de langage qui différencient une campagne réussie d'une campagne échouée. Ils ont analysé près de 50 000 projets déposés en 2012 sur le site Kickstarter et ont passé au crible plus de 9 millions de mots et d'expressions pour déterminer celles et ceux qui influencent le plus les donneurs. Les résultats sont à la croisée des règles connues de la persuasion et des codes du web. Axel vous explique aujourd’hui comment réussir votre projet de financement participatif.

En savoir +

Le même type de travail réalisé sur Twitter pour gagner des followers (février 2013) :

Une autre plateforme de financement : Ulule

Comprendre la formation des poussières cosmiques

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", disait Lavoisier. C'est vrai aux plus grandes échelles de l'Univers : quand une étoile meurt, elle éjecte dans l'espace des poussières cosmiques qui forment des nuages qui s'effondreront sur eux-mêmes pour donner naissances à d'autres étoiles et à des planètes avec le reliquat de poussières, etc. etc.

Mais on ne connaît pas bien les processus chimiques et physiques de formation des poussières cosmiques. Le projet franco-européen NANOCOSMOS tentera d'apporter des réponses à ces questions en reproduisant l'atmosphère d'étoiles mourantes (des géantes rouges et des supernovae) en laboratoire.

Comment sortir des statalacons

Les statistiques médicales tirées des études d'observation ne permettent de formuler que des hypothèses. Mais alors, comment faire pour obtenir des statistiques médicales interprétables, c'est à dire qui permettent de conclure à des relations de cause à effet ?

La solution réside dans la constitution d'échantillons de sujets comparables par tirage au sort, et de n'appliquer qu'à l'un d'entre eux la stratégie que l'on veut évaluer.

Mettre fin aux statalacons
Mettre fin aux statalacons ©

Retrouvez La tête au carré :

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/11/c2307ded-494a-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier.jpg" alt="Dossier01" width="640" height="59" />
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.