Sociologie et médecine quantique (par Axel Villard Faure), le dilemme des mérions superbes (par Cécile Bonneau) et l'anxiété des écrevisses (par Sophie Becherel).

Sociologie et médecine quantique

Quantique
Quantique ©

Caroline sur la page Facebook de la Tête au carré nous demandait vendredi ce que nous pensions de ces pseudo-médecins qui reprennent la physique quantique à toutes les sauces, notamment dans le domaine du développement personnel. L’actualité de cette semaine nous offre l’occasion d’aborder ce sujet de manière sérieuse car des chercheurs de l’université de l’Ohio viennent de publier une étude plutôt intrigante dans les très sérieux PNAS ! Selon eux il est possible de décrire certains comportements humains grâce à "la loi de la réciprocité quantique " qui s’applique normalement à des particules élémentaires. Ils ont travaillé sur des sondages réalisés entre 2001 et 2010 et arrivent à prédire certains profils de réponses avec une précision rare en sciences humaines. Axel vous explique aujourd’hui pourquoi ce résultat est intéressant et élégant mais aussi pourquoi il faut se méfier des utilisations de ce terme « quantique » car il s’agit ici d’un exemple isolé qui ne doit pas être généralisé… gare au Quantox !

Dilemme chez les mérions superbes

Mérion
Mérion © / Diane Colombelli-Négrel

Chez les mérions superbes, des oiseaux vivant en Australie, les femelles enseignent un "mot de passe" à leurs petits avant leur éclosion. Cette technique, découverte en 2012 par des biologistes australiennes, permet aux oiseaux de reconnaître leur progéniture avec certitude, sans les confondre avec les coucous qui viennent parasiter leurs nids.

En mai dernier, la même équipe montrait que plus les coucous sont présents autour d'un nid de mérions, plus les femelles s'appliquent à enseigner leur mot de passe distinctifs à leurs œufs, les chercheuses ont observé un effet négatif de cet stratégie d'enseignement, qui explique pourquoi toutes les femelles ne le pratiquent pas: plus elles chantent, plus elles se font remarquer par les prédateurs potentiels. Les femelles mérions sont donc face à un sacré dilemme: soient elles se font discrètes pour éviter les prédateurs et protéger ainsi leur nid (mais elles risquent de ne pas démasquer les coucous une fois qu'ils auront éclos – ce qui est fatal pour leur progéniture), soit elles chantent abondamment pour que leurs embryons apprennent bien leur mot de passe et dans ce cas elles reconnaitront très bien les intrus, mais elles risquent l'attaque de leur nid…

L'anxiété des écrevisses

Ecrevisse
Ecrevisse © / Jean-Paul Delbecque

Même les ecrevisses peuvent être anxieuses. Une expérience en laboratoire menée à Bordeaux a mis en évidence que ce crustacé, soumis à un stress, devient anxieux. Ce comportement disparaît quand on lui injecte une dose d’anxiolytiques. C’est la première fois que ce comportement est mis en évidence chez un invertébré. Cela tend à prouver l’ancienneté de cette émotion dans l’évolution, l’écrevisse était apparue il y a 200 millions d’années sur Terre.

En bref

[La vérité sur les campylobacter](La vérité sur les campylobacter)

Retrouvez La tête au carré :

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/04/e2dd13e8-c3e5-11e3-907f-782bcb6744eb/640_dossiers.jpg" alt="DossiersTAC1404" width="640" height="50" />
DossiersTAC1404 © cc by Axel VF / Axel VF

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.