Une pratique nouvelle des selfies de l’extrême (par Axel Villard-Faure), Stephen Hawking propose une solution à la fin de notre civilisation (par Florence Porcel), et un algorithme pour identifier les criminels potentiels (par Gabriel Pereira).

Selfies de l’extrême

Rooftopping
Rooftopping © Radio France / Axel Villard-Faure

Le mouvement "Rooftopping" vient de la photo, et s'est démocratisé depuis 2007 et la médiatisation des clichés du photographe Tom Ryaboi. L'idée : monter au sommet des plus hautes structures construites par l'homme souvent en transgressant la loi et photographier la ville d'en haut. Depuis 2012 une autre tendance a suivi impulsée par des russes (exemples ici et ici) et des canadiens, l'objet de la photographie n'est plus la ville mais le grimpeur et ses exploits au dessus du vide. Ces frapadingues du monde entier (français, japonais) se suspendent à un bras, font l'équilibre sur le rebord des grattes ciel... plus c'est dangereux et plus c'est viral, et plus ça buzz... Axel essaye de comprendre cette pratique nouvelle du selfie de l'extrême.

Fin de notre civilisation : la solution ?

Une étude financée par la NASA annonce la fin de notre civilisation pour les 15 ans à venir. Mais il ne s'agit que de scénarios théoriques. Une version non-définitive du prochain rapport du GIEC, qui a fuité, est beaucoup plus inquiétante et prévoit de multiples catastrophes avant 2100 dues au réchauffement climatique. Mais le cosmologiste Stephen Hawking propose une solution...

En savoir +

La fin de notre civilisation industrielle (en anglais)

Ce qui dit le rapport non-définitif du GIEC

Des données pour anticiper les futurs criminels

A Chicago, la police utilise depuis peu un algorithme pour identifier les criminels potentiels. Développé par un ingénieur de l'Illinois Institute of Technology , il compile et brasse des millions de données sur les habitants de la ville : antécédents judiciaires, quartier, profession, situation familiale...

Cette nouvelle méthode de profilage a permis à la police de Chicago de dresser une liste de 400 noms, baptisée "heat-list ", que les forces de l'ordre vont particulièrement surveiller.

Minority Report
Minority Report © radio-france

On pense bien sûr à "Minority Report ", la nouvelle d'anticipation de Philip K. Dick (1956), adaptée au cinéma par Steven Spielberg (2002), dans laquelle des humains mutants parviennent à prédire les crimes.

Mais l'algorithme utilisé par la police de Chicago suscite la controverse : société de la suspicion, fichage à outrance... Il faudra sans doute attendre quelques années avant de mesurer l'efficacité du dispositif.

En savoir +

Un article du site spécialisé américain The Verge qui revient sur la controverse

La police de Chicago présente la "heat-list ", son dispositif de prédiction de crimes sur son site officiel

Retrouvez La tête au carré :

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/11/c2307ded-494a-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier.jpg" alt="Dossier01" width="640" height="59" />
Dossier01 © cc axel VF / axel Villard Faure

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.