Toute la semaine en fin d’émission, retrouvez les chroniques de CO3, la science dans ton chez toi ! Après un passage par Le Mouv’, les 3 colocataires seront dans la tête au carré pour partager leurs expériences scientifiques « domestiques ». Chaque jour un nouveau thème, ce lundi : l’hygiène. Tandis qu'Axel tente désespérément de convaincre ses deux acolytes de l’innocuité d'ingérer des aliments tombés à terre en invoquant la "règle des 5 secondes", Swan explique sa théorie très discutable pour draguer à l'aide des odeurs corporelles.

Notre article :

5 secondes et rien ne va plus

La règle des cinq secondes, ça vous dit quelque chose ? Selon la croyance populaire, lorsqu’un aliment tombe à terre, c’est le temps dont nous disposons pour le ramasser et le manger sans danger. Sans quoi, les bactéries et autres microbes ont le temps de le contaminer.

Règle des 5 secondes
Règle des 5 secondes © Wikimedia commons

Une règle qui a probablement servi à convaincre les incorrigibles gourmands ou maladroits ! 50% des hommes et 70% des femmes croiraient en cette règle, comme l’explique Michael Stevens dans cette vidéo :

Heureusement, plusieurs scientifiques se sont penchés sur la question. En 2003, Jillian Clarke, une étudiante en stage à l’Université de l’Illinois, a cherché à déterminer la validité scientifique de cette hypothèse. En badigeonnant des tuiles de plancher avec des cultures de bactéries E. coli, elle a constaté sans ambiguïtés que les bactéries étaient capables de contaminer la nourriture en moins de 5 secondes.

L’étude de Jillian Clarke a laissé plusieurs questions en suspend, et finalement, ne répond qu’en partie à la règle des cinq secondes. En effet, si les bactéries contaminent un aliment tombé par terre en moins de cinq secondes, est-ce que le niveau de contamination est suffisant pour nous infecter ? Et est-ce qu’il augmente avec le temps ?

Une équipe de chercheurs de l’Université de Clemson, en Caroline du Sud, a apporté quelques réponses. Dans un article publié en 2007, ils présentent une étude dans laquelle ils ont appliqué une préparation contenant des salmonelles à plusieurs surfaces. Cela dans le but de voir combien de temps les bactéries survivaient dans un environnement donné, et quelle quantité de pathogènes était transférée aux aliments (du pain blanc ou des saucisses).

Plus de quatre semaines : c’est la durée de survie des salmonelles mise en évidence par les scientifiques. Ils ont aussi montré que plus un aliment était en contact avec les surfaces infectées, plus le transfert de germes était important. En 5 secondes, les aliments avaient récupéré entre 150 et 8000 bactéries. Après une minute supplémentaire, ces chiffres étaient multipliés par 10.

Selon la Food and Drug Administration, 15 à 20 salmonelles sont suffisantes pour déclencher une infection par ingestion. Inutile donc de préciser qu’après 5 secondes les aliments sont largement contaminés, dans le cas toutefois de cette bactérie.

Il semble donc très préférable d’éviter de manger tout aliment tombé à terre, même après un temps très bref, comme l’évoque cette vidéo de l’université RMIT (Australie) :

Le chercheur explique également que « plus la surface est sale, plus le nombre de bactéries transmises est important ». Selon certaines études, le degré de contamination varie beaucoup d’un endroit à l’autre de la maison. Par exemple, le plancher devant l’évier de la cuisine contient plus de bactéries que le bac à ordures. Et dans la salle de bain, le distributeur de papier hygiénique contient 150 fois plus de bactéries que le siège des toilettes !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.